virtualisation

VMware: Pourquoi j’ai virtualisé mon chez moi

Une fois de plus je vais vous raconter ma vie.
Et puis Damien va me reprocher de parler trop technique aussi.
Prenez vos mouchoirs, ça va saigner du nez !

Pour ceux qui me connaissent bien (et maintenant vous tous puisque je me coming out ici) … j’ai un serveur à la maison.

Tout a commencé en 2003, pour les besoins de mon employeur, j’ai testé Exchange sous Windows Server 2003. Et je me suis dit que c’était génial ce serveur. Qu’en plus , on pouvait le modifier pour en faire un vrai client.
Depuis cette époque, j’ai un petit labo à la maison qui jusqu’ici était en Windows Server 2008R2 (Microsoft dans l’âme, je sais ^^).

Ce serveur me sert à pas mal de chose (trop d’ailleurs) : Service Web sous IIS (PHP, MySql, ce genre de chose), Server de mail sous Exchange (bien pratique ActiveSync pour les iDevices, PC et Mac), Serveur Active Directory, DNS, DHCP IPV4, Serveur de fichier (pour partager entre mes machines), Serveur Subsonic (pour la musique), Serveur Airvideo (pour voir les vidéos à distance sur iDevices) et bien sur le grand Firewall avec Kerio (qui soit dit en passant est une tuerie. Ne me demandez pas ou j’ai trouvé la licence oui parce que tout est sous licence).

Tout ce bon monde se trouvait sur une seul est même machine qui me servait aussi de station de travail (avec Office, irfan, Firefox, etc …). A l’époque, je n’avais rien d’autre comme machine.

Puis est arrivé l’iPad qui me sert à tout maintenant et aussi j’ai déménagé. Le serveur s’est retrouvé à la cave (ou il continue à beaucoup servir mais autrement). La station de travail s’est transformée en MacBook Air.

Le serveur ayant un peu plus de 5 ans (Core 2 quad tout de même avec une carte mère Gigabyte qui n’a pas failli), je disais depuis 1 an qu’a la sortie de Windows 2012 (le pendant server de Windows 8) j’allais changer de machine (étant un peu fainéant, je ne me voyais pas installer Windows 2012 sur une machine obsolete).

Tout cela c’était sans compter avec VMWARE ESXi …

(A suivre)

Sous le capot de Windows 8 (partie 3)

Microsoft et l’ETH de Zurich travaillent conjointement sur un projet d’OS massivement distribué et versatile.
Ce projet va bien au-delà de l’approche par composant MinWin de Windows 8.
Il s’agit d’un travail totalement expérimental et très avancé (sans égale, à ma connaissance, dans le monde du libre).

C’est OS n’a rien à avoir avec Singularity et son embranchement Midori.

Barrelfish est un système multi noyaux par nœuds. Un nœud est une unité de calcul au sens large. Cette unité peut être un core de CPU (donc Barrelfish est vraiment multicore) ou un GPU (le processeur des cartes graphiques et hautement puissant). Barrelfish est capable de fonctionner sur Arm, PowerPC, Intel x86.

D’après ces géniteur, Barrelfish permet d’explorer la structuration d’OS multi et nombreux cœur :

“We are exploring how to structure an OS for future multi- and many-core systems. The motivation is two closely related hardware trends: first, the rapidly growing number of cores, which leads to scalability challenges, and second, the increasing diversity in computer hardware, requiring the OS to manage and exploit heterogeneous hardware resources.”

Microsoft travaille aussi sur Helios qui pourrait être le point de jonction entre Singularity/Midori et Barelfish.

Helios reprend le concept de Barelfish (dans la séparation des processus sur différent micro-noyaux satellites) . Chaque support (Arm , Intel, Nvidia, ATI, PowerPC, etc …) se voit attribué un micro-noyaux pour former des unités de calcul ayant chacune le propre ordonnanceur et gestion mémoire. Un super noyau central se charge d’orchestrer le macro ordonnancement du traitement des données. Il alloue non plus de simple thread mais de véritable charge à exécuter par les micro-noyaux.
Singularity est présent dans ce projet dans le sens ou chaque micro-noyaux est un noyau singularity (virtualisé .. voir Au delà de Windows … Singularity ? [DOSSIER WINDOWS Part 7]) et le macro-noyau est lui-même un noyau Singularity.
Les noyaux discutent entre eux et avec le macro-noyau par des échanges distants (et donc aussi Internet. Dans cette optique, il ne serait pas étonnant de voir des ordinateurs personnels déléguer des tâches très lourde à des centres de calcul « on demand »)

Pour conclure sur Sous le capot de Windows 8, je crois vraiment que Microsoft tient une avance considérable sur Apple en matière technologique. L’approche par composant de Windows 8 – MinWin permet de proposer l’interface Metro.

La question qui se pose désormais est de savoir si l’approche Desktop/Metro sur les tablettes peut renverser le paradigme du marché tablette (ou l’iPad est hégémonique) ?
Personnellement, je le crois !

Windows 7 …et après ? [DOSSIER WINDOWS Part 5]

Windows 7 est attendu pour le 22 octobre … l’OS est encore nouveau. Mais pour combien de temps ?

Que peut-on espérer pour l’après Windows 7 (bon mis à part Windows 8 lol).

More

VIRTUALISATION – la bataille continue de plus belle avec VMware ESXi

Je présume que VMware ESXi ne va pas parler à grand monde.

Reprenons l’histoire là où elle a commencé.

Il etait une fois la virtualisation. En informatique, on appelle virtualisation l’ensemble des techniques matérielles et/ou logicielles qui permettent de faire fonctionner sur une seule machine plusieurs systèmes d’exploitation et/ou plusieurs applications, séparément les uns des autres, comme s’ils fonctionnaient sur des machines physiques distinctes. Les outils de virtualisation servent à faire fonctionner ce qu’on appelle communément des serveurs privés virtuels (Merci Wikipedia)

Pour traduire et faire plus simple. La virtualisation va permettre deux choses pour le commun des mortels que nous sommes:

– faire tourner plusieurs machines virtuelles (plusieurs Windows ou linux sur une seule et même machine). Vous allez me dire « ca sert à quoi tonton Stan ? » … et de vous répondre  » A pas grand chose si vous n’avez pas de serveur ». En effet, en tant que particulier, je ne vois pas trop l’intérêt d’avoir des Windows sur ma machine »

– faire tourner différentes applications dans des environnement séparés. Là ca devient intéressant. Je pourrais faire tourner une vieille application, ou une application linux dans Windows, etc ….

Dans ce monde extraordinaire (de la virtualisation), il y a un géant. VMware. Cette société a des outils gratuits et d’autres payant. MAIS depuis l’arrivé de Microsoft avec son Hyper-V … VMware sent le vent tourner (en effet Hyper-V) est gratuit pour Windows Server 2008. Il est incomplet en regard de l’offre de VMware mais peut suffir dans un certains nombre de cas.

Dans ce contexte un peu tendu, VMware propose gratuitement ESXi Hypervisor. La particularité de cet hyperviseur est qu’il demarre avant l’Operating System (Windows ou Linux) alors qu’Hyper-V necessite à minima la presence de Windows Server 2008 Core.

Cela se traduit pour VMware dans l’avantage de demarrer avant un quelconque Windows (ou Linux).