video

Soft – Double vision ou comment faire chuter votre productivité

Double vision permet de lire une vidéo en mode « calque ».

Vous continuez à travailler sur votre excel tout en regardant un épisode de battlestar galactica.

double_vision.jpg

J’ai un peu peur que votre productivité en prene un coup mais bon double vision se telecharge ici.

Comment afficher l’image d’un MacBook (pro) sur une télé ?

Question simple en apparence que nous a posé notre amie Delphine, grande prêtresse de méthodes créatives et actrice confirmée (si si c’est possible de faire les deux à la fois). Mais en fait c’est pas si facile, comme le dit la chanson.

Donc pour résumer : jusqu’à présent les portables de la firme à la Pomme avaient un connecteur Mini DVI auquel il fallait adjoindre un adaptateur video cinch (sous savez, les prises jaune/rouge/blanche) pour sortir l’image sur une télévision.

Les nouveaux MacBook (pro) et Air ont un connecteur « made in Apple » dénommé MiniDisplay port, qui présentent un souci : il n’y a plus de câble adaptateur permettant de sortir le signal vidéo sur autre chose qu’un écran vidéo ou équipé d’une prise VGA. Oublié vieilles télévisions équipées de ports Cinch ou Péritel ! Du Apple pur jus…

Donc, que faire? Après quelques recherches, et sachant que ces nouveaux portables sont fournis avec un adaptateur MiniDisplay – VGA,  j’ai trouvé ces deux câbles qui devraient pouvoir faire l’affaire  :

– l’un permettant de faire une sortie VGA – Cinch,

– l’autre permettant une connectivité VGA – Péritel.

Normalement, ça devrait marcher… C’est donc notre conseil. Mais en avez vous un autre à lui donner ? Serais-je passé à côté d’une solution plus simple ?

Souvenir – les tours de magie de Stan & Dam

Non ce n’est pas un article remplissage mais en faisant un petit « check-up » technique du blog … je suis tombé sur ces vidéos.

Elles me font encore rire. Et vous ?

Magie de Stan


Magie de Dam


VIDEO – StarWars versus StarTrek

Vu chez Nowhereelse, l’excellente vidéo de DMP


Chat video et audio disponible sur Gmail

Il ne manquait plus que cela… Gmail intègre désormais la vidéo et l’audio via un petit plug-in facile à installer, compatible Mac et PC. Plus que jamais Gmail devient l’outil couteau suisse de Google.

J’ai testé : c’est instantané et marche parfaitement.

La phrase pipotron du jour, par Stéphane Beillaud (Wat.tv)

« Notre objectif, qui consiste à créer un modèle économique viable, est en train d’être adressé, sans détruire de valeurs, c’est notre plus grande fierté. Nos chiffres sont très encourageants bien que nous portons une stratégie de valeur et non uniquement de volume. Nos efforts sont concentrés sur la création d’une offre respectueuse des ayant droits, soucieuse des attentes des internautes en constante évolution et de l’intégration intelligente de nos partenaires annonceurs. »

C’est Stéphane Beillaud de Wat.tv qui nous dit cela dans son interview. Mais il y a aussi des choses compréhensibles, comme le fait que Wat.tv revient d’entre les morts, qu’ils ont revu la qualité de leur catalogue et leurs contributeurs, et le repositionnement de Wat.tv dans la chaine de valeur de TF1 en termes de diffusion de contenus videos.

Je taquine, mais c’est une interview instructive et qui donne des repères sur le marché de la vidéo en ligne.

PS : il a l’air cool avec des dreads…

Orange lance sa chaine ciné, l’Arcep grince des dents

Orange annonçait depuis longtemps le lancement de ses propre chaînes de cinéma, ce sera une réalité des le 13 novembre prochain. Au programme, des films, dont des exclusivités (Harry Potter et l’Ordre du Phénix, Ocean 13, I am Legend, Dark Knight…), et des séries, inédites pour certaines (True Blood, In Treatment, John Adams, Génération Kill). L’offre de contenus en première exclusivité devrait d’ailleurs se développer dans les prochaines années, Orange coproduit en effet certains films comme « Coluche, c’est l’histoire d’un mec » bientôt à l’affiche.

Le bouquet Orange cinéma séries sera proposé à 12 euros par mois sur TV et PC (en plus d’un abonnement triple play), et 6 euros sur mobile et comprendra 5 chaînes dont une en haute définition. Dommage de ne pas avoir une offre globale à un prix unique…

Un service de rattrapage, proposant les programmes jusqu’à 30 jours après leur diffusion sera également disponible. Orange annonce que 1 200 films, 1 000 heures de séries, 200 documentaires et 300 heures de séries jeunesse seront diffusés chaque année sur son offre.

Pour quelle profondeur de catalogue ? Chaque année, Orange Cinéma Séries compte proposer plus de 1200 films, 1000 heures de séries, 200 documentaires et 300 heures de séries jeunesse. Les contenus vidéos proviennent des studios d’Hollywood (Warner Bros, MGM), de la chaîne premium américaine HBO mais aussi de partenaires cinéma français (Gaumont, Bac Films). Orange compte aussi s’appuyer sur son propre studio de production Studio 37, inauguré en janvier 2007 et engagé dans 23 longs-métrages au dernier pointage.

Compléments et portabilité

Les abonnés pourront poursuivre leur voyage dans l’univers d’un réalisateur grâce au service « compléments » qui permet de prolonger la programmation des chaînes selon des thématiques événementielles. Par exemple, à la diffusion du Rocky Balboa, les 5 premiers Rocky seront proposés en complément. A partir de 2009, les abonnés ayant manqué le début d’un programme pourront relancer un film grâce à la fonction de redémarrage.

De plus, Orange introduit aussi une dimension de portabilité avec la possibilité de transférer les fichiers vidéo sur des baladeurs vidéo (seulement de marque Archos pour le moment). Pour l’iPhone, il faudra s’en passer : les protections DRM d’Apple sont incompatibles avec ceux de Microsoft Windows Media retenus pour l’exploitation du nouveau service vidéo.

>> Réelle innovation ou gadget ? Je trouve cette idée intéressante et réellement novatrice, mais les usages seront-ils au rendez-vous ? Rien n’est moins sur, les études actuelles ne montrent pas un besoin réel de type « nomadisme audiovisuel »; seuls les « natifs numériques » (utilisateurs avancés) ont ce type d’usage, ce type de profil n’est la majorité des utilisateurs d’Orange, loin s’en faut. Sans parler de la réelle fluidité entre les écrans : vais-je très facilement retrouver mon film exactement au point où je me suis arrêté sur mon mobile ? Et quid de la qualité (la TV 3G n’est pas un exemple de qualité à ce jour) ?

Critiques de l’Arcep

Cette fois, c’est le président du gendarme des télécoms, Paul Champsaur, qui a critiqué cette stratégie d’exclusivité. Selon lui, le jeu de la concurrence est faussé « si un gros opérateur de réseau devient lui-même acheteur et assembleur de contenus pour son usage exclusif », écrit-il dans la lettre mensuelle d’octobre de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), en visant Orange sans le nommer. Selon lui, la solution serait de procéder à une  régulation « technico-économique » du secteur audiovisuel, à l’instar de ce qui se pratique déjà dans les télécoms avec le Groupe des régulateurs européens.

>> C’est surtout le brouillage des frontières (entre monde de l’audiovisuel et des télécoms) qui pose problème, car on tombe dans un flou juridique : qui doit réguler, et comment ? Canal + est lui aussi juge et partie en termes de production cinématographique, mais ne cumule pas les métiers (FAI et audiovisuel), pour le moment…

Et si c’était ça, l’entreprise 2.0 ? (post crise subprimes)


Grand Prix 2008 du 10e Festival des Très Court