test

Test : voyage en Ford Mondeo

Ahhh les blogueurs, comme nous sommes bien traités par les marques (merci Ford)… Et dans ce cas ici présent, c’est un vrai plaisir que d’avoir eu la possibilité de piloter tout un week-end une Ford Mondeo dans son plus bel appârat. Je précise que je n’avais jamais conduit de Ford récente, excepté la Focus 1 Phase 1 de mes parents et que j’en gardais un bon souvenir.

Direction la côte normande et Deauville au volant de ce superbe vaisseau !

Première rencontre

La voiture est imposante, ça change de ma Smart Roadster. La ligne est fluide, le capot plongeant et les lignes tendues, qui font de cette grosse berline familiale une voiture sportive dans l’âme. Les phares avant empiétant sur les flancs confirment cette sensation de dynamisme.

De petits détails, comme les empiètements de portes signés Ford ou les petites grilles de flancs, très « Jaguar » dans l’esprit, soulignent le degré de finition de la voiture et se marient harmonieusement aux chromes encerclant les vitres.

Le « Kinetic Design » de Ford est ici très bien exploité, et marie lignes « en mouvement » avec une allure statutaire du plus bel effet. Bref, ça donne envie de la conduire. Dont acte.

Ford_Mondeo.jpg

Faisons connaissance

A l’intérieur, ce qui saute aux yeux c’est… le silence. Ceci est dû à un vinyle acoustique spécialement prévu à cet effet est installé entre deux couches de vitre du pare-brise pour atténuer le bruit. Et immédiatement, associé à cette quiétude, la qualité des matériaux utilisés. C’est noble, bien ajusté, le noir du cuir et des plastiques se mélangent élégamment avec le gris de la console et le chromé de certains boutons. Classe.

Les boutons et poignets de portes tombent sous la main, le pare-brise est large, la voiture lumineuse. Des petits détails facilitent la conduite, comme le système de détection anti-angle mort qui fait s’allumer un voyant orange dans le rétroviseur extérieur si danger. Un détecteur fait passer des feux de route aux feux de croisement dès que le système détecte un véhicule venant en sens inverse ou un niveau d’éclairage prédéfini. Inversement, le système détecte si la voie est libre avant de passer automatiquement en feux de route.

De nombreuses trappes permettent de ranger bouteilles, cartes… et de voyager l’esprit tranquille. Un capteur de qualité de l’air met automatiquement la climatisation bi-zone en mode recyclage lorsque la qualité de l’air se dégrade, et inversement lorsque la qualité de l’air s’améliore.

Electronique à tous les étages

Mais ce qui frappe immédiatement le Geek que je suis, c’est l’équipement électronique richement doté de la voiture. Certes, le système Sync n’est pas encore disponible en Europe mais le système de navigation SD PLUS s’y substitue plutôt bien.

Véritable bijou de la console centrale, ce système est le nec plus ultra en matière de navigation, de connectivité et de fonctionnalité grâce à l’écran tactile. Le GPS réagit à la vitesse de croisière en temps réel et aux dernières conditions de circulation pour offrir une estimation des temps d’arrivée et des informations sur le trajet plus précises. Ce système permet aussi de commander la radio, le téléphone (en bluetooth) et ainsi de récupérer son carnet d’adresse automatiquement, de passer des coups de fils et de lire de la musique. J’attendais de voir la compatibilité avec mon iPhone : parfaite, rien à redire.

En revanche, en termes d’ergonomie il y a des choses à revoir :  je dois avouer avoir passé bien 5 minutes à découvrir et comprendre comment certaines choses se commendaient. Idem pour la commande vocale qui permet de commander certaines fonctions de la console, je n’ai pas compris comment elle marchait. C’est un peu par hasard que je l’ai faite fonctionner.

Tout est commandable depuis le volant, afin de ne pas distraire le conducteur, au moyen de deux gros boutons très maniables : la musique, le limitateur de vitesse, le téléphone, le GPS… Un déport des informations essentielles est fait entre les deux cadrans du compteur de vitesse et du compte-tours, mentionnant au passage l’autonomie restante et si des portes sont restées ouvertes.

Ce qui m’a surpris : l’alerte de franchissement involontaire de ligne (AFIL, comme sur les Citroën). Activée par défaut, cette alerte tactile et visuelle s’enclenche lorsque le conducteur change de voie sans mettre le clignotant. Trois courtes vibrations sont envoyées à travers le volant et un témoin s’affiche sur le tableau de bord. Efficace.

Encore plus fort, le système d’alerte du conducteur. Il analyse en continu le niveau de vigilance du conducteur en évaluant la trajectoire et le comportement du véhicule. Lorsque le système détermine que l’attention du conducteur est inférieure à un certain niveau, le message « faites une pause » s’affiche sur le tableau de bord. S’il détecte une perte soudaine d’attention, telle qu’un franchissement de ligne, une alarme d’avertissement et des alertes visuelles supplémentaires avertissent le conducteur. J’ai testé ce dernier système en « faisant exprès » de perdre le contrôle : pas de faille, ça fonctionne.

Conduite

Au niveau conduite, c’est palace : la voiture est haute, donne une bonne visibilité de conduite, et la tenue de route est parfaite. Les suspensions ne sont pas trop dures, la direction juste, et la transmission PowerShift fait des merveilles : grâce à sa nouvelle transmission automatique à six rapports et double embrayage moderne, elle sélectionne habilement la vitesse suivante appropriée exactement au bon moment, pour des changements de rapport rapides sans perturber le flux de puissance.

Le moteur n’est pas en reste : l’injection directe, la suralimentation par turbo et le calage variable de la distribution sont de la partie. Puissance et reprises sont au rendez-vous.

Côté confort de conduite encore, un radar de recul s’enclenche dès que l’on passe la marche arrière, avec détection sonore des obstacles, caméra et aide au parking grâce à des « guides virtuels » sur le sol.

Verdict

22100€, c’est le prix minimum à mettre pour cette voiture qui est une « familiale plaisir ». Si j’ai été séduit par le confort de la voiture et son équipement haut de gamme, ma chérie a fortement apprécié la position de route, les réglages multiples et la facilité de conduite de la voiture, et ce malgré son gabarit. Facile à garer et à piloter, c’est avec regrets que je rendais les clés le lundi matin pour reprendre ma petite sportive deux places.

Suis-je pour autant dans la cible ? N’étant pas dans une recherche statutaire avec une famille (il y a de la place pour deux enfants facile), ce n’est pas la voiture à laquelle je penserais en premier. Mais cette excellente expérience de Ford pourrait m’orienter le moment venu vers une Focus.

iPad 2: déballage et mini-test vidéo

Bon là je crois que c’est bon, on peut me traiter de FanBoy.

Mais en fait, j’avais (grâce à mon boulot) un iPad 2 sous la main. Il est vrai que je fais des infidélités à mon couple d’amour (Windows 7 + Firefox4) en utilisant plus que régulièrement mon iPad … et du coup je n’ai pu résister à faire cette petite vidéo.

Le bestiau est bien bien rapide y compris en multitâche. L’iPad 2 n’est finalement pas un refresh si anodin que cela pour qui utilise beaucoup d’application.


 

DROBO FS … un aperçu

Data Robotics a eu la gentillesse via TouchdownPR de nous prêter un Drobo FS.

Drobo est un Network Attach Storage: Un stockage en réseau NAS, ou un NAS est un serveur de fichiers autonome, reliée à un réseau dont la principale fonction est le stockage de données en un volume centralisé pour des clients réseau hétérogènes. (WIKIPEDIA).

La particularité de ce NAS réside dans son système de stockage et d’application.

Concernant le stockage, le Drobo FS se présente dans le réseau comme une unité de 16 Téra (sans se préoccuper du nombre et de la capacité des disques qui sont insérés).
Il est possible d’insérer un maximum de 5 disques qui vont s’agréger dans une grappe. Dans la configuration de base, il est possible d’avoir une panne sur 1 disque. Via la console de gestion, il devient possible au détriment d’une réduction de capacité d’avoir une panne sur 2 disques.
Là où le Drobo se distingue vraiment de la concurrence, c’est dans sa capacité à supporter une grappe très hétérogène. On peut installer dans le Drobo des disques de capacités différentes sans que la grappe ne s’aligne sur la plus petite capacité. Dans un RAID classique, si on ajoute à 3 disques de 1 Téra, un disque de 2 Téra, ce dernier sera vu comme ne faisant qu’un seul Téra.
Le Drobo sait faire la différence et agréger correctement toutes les tailles de volume.

En plus, le Drobo est capable « à chaud » d’adapter sa taille. Si vous retirer un disque de 1 Téra pour ajouter un disque de 2 Téra, immédiatement cette nouvelle capacité est prise en compte. Il est même possible petit à petit de changer tous les disques d’une grappe pour en augmenter la capacité globale.

Bref une bien belle machine en vidéo ci-dessous.


MacBook Air 2010, ses vraies performances – test vidéo

Tout le monde se demande comment performe le MBA 2010 11′.

Est-il assez puissant pour un usage quotidien ?
S&D répond à la question puisque sur le net, on ne trouve que des benchs qui ne reflètent pas la réalité d’utilisation.

Une vidéo valant mieux que de longs discours:


TEST Archos 9 [NETBOOK]

Merci à Archos pour ce prêt de l’archos 9 (qui n’est disponible qu’en très petite quantité).

Vous pourrez voir pas mal de petite chose dans la vidéo.


En résumé, bel appareil, un form factor très séduisant et surtout un poids très très intéressant !

MAIS le processeur est vraiment léger et peine à propulser Firefox 3.6 beta2 (OK j’ai plein d’extensions). Dans sa configuration de base ( sous Windows 7 starter – à upgrader d’urgence après achat en familiale pour bénéficier d’aero).

ET la décodage de vidéo (jusqu »en 720P) est impressionnant ! Ça marche vraiment bien.

Je ne sais pas si Archos envisage ce forme factor en ULV (sans surcroit de poids) avec une dalle multitouch et en conservant un poids inférieur à 1Kg, je l’achète tout de suite.
Forcement, je cherche en ce moment (un remplaçant à l’eeePC901) !

PS: je dois trouver un pied pour la cam parce qu’avec ma tremblante du mouton ….

Les 7 erreurs de Nokia avec le N97 (qui font que je ne l’aime pas)

Oui, je fais mon difficile, et alors ? J’ai eu l’occasion, grace à Franck Lassagne, de jouer avec un exemplaire de la nouvelle beauté de chez Nokia. Stan&Dam vous en avaient d’ailleurs parlé précédemment ici et avec moultes vidéos.

Pour vous rafraichir la mémoire, une démo du produit qui est fidèle à ce dont on peut en attendre :


Alors, pourquoi je ne l’aime pas ce N97 ? Pour plein de raisons :

– Il ne révolutionne rien. Il arrive trop tard (Nokia l’avait montré en prototype à la sortie de l’iPhone V1) et se place dans la ligne des HTC à clavier coulissant. Strictement rien de nouveau d’un point de vue design ou prise en main. Tout au plus une sorte de pad à gauche du clavier… mouais.
– Il est épais. Certes il a un clavier dans le soubassement, il est bien fini, mais l’intégration manque de finesse. Pour moi, le Palm Pré a un clavier beaucoup mieux intégré.
– L’IHM (interface homme machine) est dépassée. Nokia se targue d’avoir des widgets en home page de son nouveau téléphone, tout comme les Samsung, les LG et certains Sony-Ericsson finalement : c’est pratique d’avoir des raccourcis ou des flux live en page d’accueil, mais c’est du déjà vu. La cinématique des intéractions de l’interface est moins innovante en termes d’enchainements de fenêtres et d’applications, à la différence par exemple : du système de « cartes » applicatives du Palm Pré, de la fenêtre de notifications « rideau  déroulant » du G1, ou de transition visuelle entre les applications et le springboard de l’iPhone. De plus, le S60 est un excellent OS mais bon sang quand est ce que Nokia va se lâcher sur le design de son IHM ? Ca reste sage et propre, très Nokia… et au final ça ne surprend pas.
– La navigation n’est pas multitouch. L’écran est « resistive », et il n’y a pas possibilité de zoomer sur des pages autrement qu’avec… un menu contextuel et un bouton +. C’est une blague ?? Quiconque qui a déjà naviqué en multitouch (sur iPhone, Palm Pré ou autre) sait à quel point c’est naturel et pratique.
– La hiérarchisation des données « à la Nokia » a vieilli. Nokia, désirant faire en sorte que ses utilisateurs ne soient pas déroutés d’un mobile à un autre, garde une structuration des données identique d’un mobile à un autre, et ce depuis les premiers modèles noir et blanc. Je vous souhaite donc bien du plaisir pour trouver facilement comment changer le fond d’écran ou bien modifier les raccourcis de l’écran d’accueil. Car si cette « complexité » peut-être la conséquence d’une navigation par des touches (type joystick), elle doit être totalement bannie pour un appareil tactile avec une réduction drastique du nombre de niveaux de navigation.
– L’écran n’est pas sensible. L’appareil que j’ai eu entre les mains (certes, c’était un modèle dont le firmware n’était pas stabilisé, donc que cela a peut-être évolué) n’avait pas un écran réactif, il fallait appuyer et non effleurer, il y avait des latences, le déplacement des widgets n’était pas facile…
– Il en fait trop. A l’heure de l’iPhone ou du Palm Pré qui font dans le simple et l’efficace, Nokia en rajoute toujours dans les megapixels de l’optique photo, le port de carte mémoire, la radio FM… La question n’est pas de savoir si c’est bien, mais de trouver le bon compromis entre taille / fonctionnalités / usages.  Aujourd’hui, on fait dans l’innovation utile, plus dans l’esbrouffe.

Alors, bien sur, vous allez me dire que l’écran fait 640×480, qu’il y a un connecteur normalisé mini USB, une optique Carl Zeiss avec flash LED et zoom, une caméra visio, tout ça tout ça… C’est vrai.

En fait, je suis déçu de Nokia et son incapacité à se remettre en selle face à la vague symbolisée par l’iPhone et consorts. J’ai adoré mon N95. Mon 6680 et N70 m’ont rendu plein de services. J’ai fait ma première visio « confortable » avec mon N90 et son articulation « transformers ».

Mais depuis, plus rien ne me surprend venant de la marque finlandaise. Pourquoi ai-je cette sensation de non-renouvellement ? De non capacité à arriver à innover à nouveau ?

Alors, si Nokia me lit, je ne demande qu’une chose : qu’ils me fassent changer d’avis ! Je suis prêt à refaire un essai de leur N97 si jamais, depuis le test que j’ai fait il y a quelque semaines, le produit a évolué et s’est bonifié.

Sinon, passez votre tour et attendez leur prochain mobile.

Soirée de rentrée de blogueurs au LG Wash bar

Mercredi 10 c’était rentrée de blogueurs au LG Wash Bar où nous avons eu le plaisir de découvrir le LG KS360 (mais pourquoi les constructeurs d’acharnent-ils à donner des noms bizarroïdes à leurs mobiles ???).

Comme nous étions fainéants ce soir là (c’est dur la rentrée), nous vous renvoyons chez Teulliac, Benja (et Anne-Laure) pour les photos, mais aussi à la galerie officielle (wow).

Tiens, à ce propos, il est comment ce mobile ? Ce LG est positionné « ados » (couleurs, design arrondi, clavier pour smser plus vite que la lumière, prix très accessible en pack opérateur) mais qui a tout d’un grand. D’ailleurs, ce sont Benjamin et Babozar qui nous en parlent :


Vu de près ça donne cela :

Merci à Elegandz et Fleur, comme d’hab vous êtes parfaits ne changez rien 🙂

[MàJ] Une chaine – Etes-vous un Connard Prétentieux ?

Lancé à l’initiative de M. Ravana himself … une chaine pour faire un test et savoir si l’on est un connard ou pas …

Ça commence là chez Ravana puis ça continue ici (quand je pense qu’il ne comprends même pas la blague « bijour Misieur Vincent » pffff)

Votre humble serviteur (ouais mouuuuuaaaaa) à fait un magnifique score de :

Stan a fait 29

Vous vous sentez parfois obligé d’afficher votre supériorité, mais dans l’ensemble vous restez quelqu’un d’ouvert capable de prendre en compte l’opinion d’autrui. Lorsqu’il s’agit d’intervenir sur un forum, vous privilégiez le débat d’idée et la discussion à la rhétorique et aux attaques personnelles. Continuez sur cette voie. Ne vous laissez pas entrainer dans des disputes stériles par des imbéciles ou des connards prétentieux. Vous valez mieux que ça !

[MàJ] Dam a fait 57
Vous êtes dans la moyenne ce qui, si l’on considère le manque de valeurs sociales de l’internaute lambda, est loin d’être un compliment. Trop souvent, vous parlez pour vous mettre en avant, pour critiquer la façon de penser des autres, pour rabaisser ceux que vous considérez être des imbéciles ou tout simplement pour ne rien dire. Ne vous sentez pas obligé de vous impliquer dans toutes les discussions. Si vous voyez que vos interlocuteurs campent sur leurs positions, écoutez ce qu’ils ont à vous dire puis passez votre chemin. Commencez par éviter de vous rabaisser au niveau de ceux que vous méprisez, ce sera déjà un grand pas en avant !