stan et dam

Les Gerards du cinéma 2010 : la vidéo avec des stars dedans

Il y a du beau monde aux Gérards, notamment tous ceux qui n’ont pas à aller cherche un Parpaing d’or sur scène.

En exclusivité mondiale depuis le Théâtre Michel, découvrez les réactions à chaud de Jacques Expert, Simon Astier, Alexandre Pesle et Tom Novembre.


Live de la soirée des Gérards 2010



Stan & Dam devient Dam & Dam [poisson d’avril]

On pourrait le croire mais ce n’est pas le cas.

La date est aussi mal choisie pour annoncer cette info.

Stan & Dam est un peu orphelin et devrait bientôt se transformer en Dam & Dam. Oui je vous annonce aujourd’hui que j’arrête le blogging. Plus l’envie. Plus rien à dire d’intéressant (si d’ailleurs ce que je disais était intéressant). La course au classement wikio à l’audience Google analytics, c’est fini.

Je vais laisser les clés du blog à Damien pour me mettre au vert et me consacrer à la photo avec mon 450D en attendant un futur professionnel un peu incertain.

Je tenais à tous vous remercier pour vos commentaires. Votre présence sur le blog. Ce n’est pas sans émotion que je prends cette décision. C’est bien la mowbli’s d’hier qui m’a décidé à ne plus blogger et non l’événement 1er avril.

Merci Damien. Merci à tous.

Peut être à bientôt.

PS: pour des raisons de facilité, le blog ne changera pas de nom et constituera une sorte d’hommage au début du blog

Dam et son goûter

Depuis maintenant quelques semaines, Mry milite pour que Pour que le goûter retrouve ses lettres de noblesse en adultie, via d’abord un groupe facebook, et maintenant via un blog dédié.

Il a demandé à 52 blogueurs de raconter leurs souvenirs de Goûter. Oui, parce qu’un goûter, c’est la Madeleine de Proust de chacun de nous ! Et pourquoi serait-il honteux et désuet de prendre un BN trempé dans du lait passé la trentaine ?

J’ai envoyé ce texte, que vous pouvez découvrir dans son contexte, ou bien en le lisant juste là, en-dessous. Et vous, vos souvenirs de goûter ?

Eternel gourmand, enfant j’attendais le goûter comme un moment particulier, une sorte de parenthèse douce et sucrée dans une vie dont je ne percevais pas encore le flot et le flux. Insouciance de l’enfance portée par ma douceur préférée : du pain et du chocolat.

Mais attention, pas n’importe quel pain ni chocolat, et encore mois un vulgaire quignon ! Non, un morceau de baguette généreux, pas trop grillé, bien gonflé, coupé juste de la longueur de la barre de quatre carreaux. Et le chocolat ? Une barre de taille réglementaire Suchard au noisettes, le seul qui trouvait grâce à mes yeux.

Le rituel était toujours le même : je creusais avec mon index dans le morceau de pain pour en extraire la mie, moelleuse et dense à la fois (je détestais quand le pain avait trop gonflé et laissait place à de béants trous d’air). Je laissais fondre cet artefact blanc sur ma langue tout en glissant le chocolat dans la gangue de pain, doucement afin de ne pas trop vite afin de ne pas le casser en deux. Puis j’attaquais consciencieusement l’ensemble par le haut, sur le dessus, en grignotant la croûte afin de découvrir sur toute la longueur le chocolat et ses noisettes, lovés dans le fourreau de mie restante.

Je continuais ensuite en croquant à droite un angle de pain et de chocolat, en prenant soin de ne pas émietter le cacao ou de ne pas perdre une noisette en route. Puis à gauche, et enfin au milieu. Enfin, je mangeais le croupion restant à droite, pour finir de tout engloutir.

Ma mère me donnait cette précieuse combinaison, simple et de bon aloi, et pourtant tellement délicieuse à déguster, surtout quand la baguette venait de la boulangerie, encore chaude, laissant doucement ramollir le chocolat dans son sarcophage de pain, rendant les noisettes encore plus craquantes.

Aujourd’hui encore, il m’arrive de me couper un morceau de pain, d’en manger la mie et d’y glisser une barre de chocolat (avec le temps je suis devenu moins regardant sur la marque, mais pas sur le goût ni la qualité, même si le Suchard mauve me sied toujours bien), voire même de donner quelques secondes de micro-ondes pour ramollir le chocolat et réchauffer le pain. Et de me sentir, l’espace d’un instant, basculer dans la cuisine de mes parents, accoudé à la table en formica…

Bonne année 2009 !

Que 2009 vous (et nous) apporte plein de gadgets tactiles avec plein de traces de doigts, des ordinateurs avec de l’USB sans fil, des notebook petits et légers à glisser dans son sac, le successeur de Michaël Vendetta, un nouveau Facebook 24, un iPhone nano, plein de bonheur, de joie, de créativité, d’envies et surtout d’ECLATE !

Bisous à tous nos lecteurs et à nos blogopotes de la part de Stan&Dam !

Photo : Richard Ying (évidemment…)

INTERNE – Stan & Dam pour iPhone

Petite nouveauté pour le blog ….

Un superbe thème pour iPhone/iPod grâce au plugin WPtouch