sony

Xperia Z : la tablette 4G la plus fine au monde

Le Mobile World Congress, c’est la porn-place pour tous les amoureux de technologies mobiles. A chaque année sa nouveauté : la montée irrésistible d’Android, l’apparition d’outsiders comme Firefox OS ou Ubuntu mobile, des mobiles chinois, l’avènement de la 4G…

Et puis il y a les marques dont on se demande ce qu’elles vont nous sortir : il y a eu le grand retour de Motorola, celui de Nokia, voici Sony !

Sony à nouveau maitre de son destin qui peut enfin développer la gamme de mobile qu’elle veut, sans avoir à se soucier de l’avis d’Ericsson… Et cela donne de beaux objets, une offensive violente sur le marché face à Samsung et Apple.

Après le nouveau smartphone Xperia Z comme objet de reconquête, voici la tablette Xperia Z qui mêle toutes les technologies issues de autres gammes Sony (télé et photo notamment).

Conçue dans la lignée de son homologue smartphone, avec des matériaux de très haute qualité et un design « OmniBalance », la tablette Xperia Z est par ailleurs incroyablement fine (6,9 mm) et étonnamment légère (495 g). Proposée en noir ou blanc et en versions 4G et WiFi, elle est doté d’un un processeur quadricoeur  asynchrone Qualcomm Snapdragon S4 Pro. Elle offre enfin les plus hauts niveaux de résistance à l’eau (IP55 & IP57) : du jamais vu pour une tablette ! Ainsi, elle ne craint ni éclaboussure, ni plongeon accidentel. Utile si on lit son livre favoris près de la piscine ou que l’on regarde le dernier épisode de Community dans son bain.

Avec un écran HD WUXGA de 10,1 pouces épaulé  par le moteur Mobile BRAVIA 2, elle offre des couleurs éclatantes, pour une expérience visuelle aussi précise que sur un téléviseur. Elle s’appuie également sur l’expertise unique de Sony en matière de photo avec un appareil photo 8 MP situé à l’arrière et doté du capteur Exmor R pour mobile, ainsi qu’un appareil photo 2MP HD à l’avant pour immortaliser les plus belles images, quelles que soient les circonstances.

Le système S-Force Front Surround 3D de Sony garantit une performance audio incroyable. Associé au mode Clear Audio+ de Sony et à l’utilisation innovante de deux haut-parleurs intégrés avec quatre sorties dans les coins gauches et droits, le son qui en résulte est excellent, quelle que soit la manière dont on tient l’appareil.

Au même titre que le XPeria Z, la tablette est équipé du mode Stamina  une technologie unique pour gérer le fonctionnement de la batterie et ainsi augmenter significativement la durée d’autonomie en veille. La variante WiFi offre quant à elle jusqu’à 64 Go de stockage avec une carte SD non incluse.

Une connectivité One-Touch innovante et unique pour des transferts de contenu en toute simplicité

La tablette XperiaZ comporte un nombre incroyable de possibilités de connectivité, bien plus que n’importe quelle autre tablette. Elle dispose également des fonctions One-Touch de Sony qui permettent aux utilisateurs de transférer du contenu en toute simplicité : d’une tablette HD à un téléviseur, d’une tablette vers un haut-parleur, un téléphone ou une autre tablette, tout simplement en les rapprochant l’un de l’autre.

La télécommande IR universelle de la tablette donne aux utilisateurs la possibilité de commander le téléviseur et d’autres appareils Sony – mais aussi tout autre appareil compatible – directement à partir de la tablette. Et avec la nouvelle application TV Sideview, les utilisateurs disposent d’un tout nouveau moyen d’interagir avec la télévision.

Une expérience de divertissement inégalable grâce aux applications multimédias de Sony

Les célèbres applications multimédias de Sony – « WALKMAN », Movies et Album – permettent aux utilisateurs d’apprécier, de contrôler et de visionner des contenus illimités sur tous leurs appareils. Grâce au Sony Entertainment Network, directement intégré aux appareils, les utilisateurs peuvent se rendre sur Music Unlimited qui leur permet d’accéder à plus 18 millions de titres tout en intégrant des fonctions de partage sur Facebook, mais aussi sur Video Unlimited qui leur offre un accès à plus de 100.000 films et séries TV ainsi qu’à PlayStation®Mobile.***

Une gamme d’accessoires diversifiés à venir

De nombreux accessoires accompagneront la nouvelle tablette XperiaTM Z, dont une station de recharge, un protecteur d’écran LCD et un étui de transport en cuir disponible en noir, blanc ou rouge. Ces accessoires seront vendus dans les magasins Sony ou les distributeurs officiels.

Enfin, la tablette XperiaTM Z sortira sur Android 4.1 (Jelly Bean) et pourra passer après sa commercialisation à la version 4.2 pour bénéficier de la dernière expérience d’utilisateur Android.

Caractéristiques principales de la tablette Xperia Z

  • Ecran WUXGA 1920x1200p HD 10,1 pouces avec moteur Mobile BRAVIA 2
  • S-Force Front Surround 3D
  • Le design le plus fin au monde avec 6,9 mm d’épaisseur et un poids plume de 495 g pour une tablette 10,1 pouces résistante à l’eau
  • Résistance à l’eau et à la poussière (IP55 & IP57) avec un écran en verre durable
  • Processeur quadricœur asynchrone 1,5 GHz Snapdragon S4 Pro avec 2 Go de RAM
  • Connectivité One-touch compatible Near Field Communication (NFC)
  • Un design OmniBalance unique aux courbes subtiles et aux surfaces lisses réfléchissantes
  • Appareil photo 8 MP à l’arrière avec capteur Exmor R pour mobile et appareil photo 2 MP à l’avant avec Superior Auto plus
  • Batterie longue durée qui allonge encore la durée d’autonomie en veille.

Le prix reste à être communiqué, mais le bijou est sublime.

Sony se réinvente autour du multi-écrans

Nous étions invités cette semaine à découvrir le « nouveau Sony » millésime 2012. Au programme, un seul mot : convergence.

J’avoue être arrivé là bas avec un peu de circonspection… Non pas que Sony ne me plaise pas, pas du tout. Mais le leader de l’électronique des années 80 et 90 a, pour moi, cédé sa place dans les esprits à Samsung et Apple. Sony a un positionnement « premium » mais peine sur l’électronique domestique, donnant la sensation d’être en ordre dispersé sur un marché qui demande plus que jamais d’être cohérent en gamme et en technologies. Et ce n’est pas le Xperia Play « certifié PlayStation » de l’an dernier (traduction : on essaye de faire du convergent entre nos lignes de produits mais c’est vraiment pas encore ça) qui nous a rassuré…

2011, annus horribilis

Depuis, plusieurs tsunamis sont passés sur la maison nippone :

– une année 2011 en demi-teinte, avec des résultats en négatifs sur le 3e trimestre fiscal

– le piratage du Playstation Network (PSN) et du Sony Entertainment Network (SEN)

– un marché de la télévision en berne

– un changement de PDG le 1er avril, avec l’arrivée de Kazuo Hirai.

Changement de braquet en 2012, avec une réorganisation de fond en comble de la vénérable maison pour se mettre « enfin » en ordre de bataille. A commencer par un décision attendue depuis très longtemps : le rachat complet de la part de Ericsson dans la joint-venture mobile « Sony-Ericsson ». Ce rachat est certainement une des pierres angulaires de la nouvelle stratégie de Sony : le mobile devenant le terminal principal de consommation de contenus, pouvoir uniformiser ceux-ci avec le reste de la gamme a pour effet de créer un vrai écosystème cohérent entre mobiles, tablettes, télés, ordinateurs, lecteurs DVD-Blu Ray et consoles.

 

2012, année du multi-écrans

Pour relier tout cela, deux outils décisifs :

– les catalogues de contenus (musique et films, puisque Sony a des maisons de productions dans ces deux domaines) via le SEN.

– le DLNA, standard technologique (compatible avec d’autres marques, à la différence du AirPlay d’Apple) permettant de transférer simplement des contenus audio et vidéo entre terminaux.

En clair, il s’agit à la fois de permettre la migration simple des contenus entre écrans Sony (ou compatibles DLNA comme ceux de Samsung) d’un clic, que ce soit vos photos de vacances ou un film acheté sur le SEN.

En pratique, tout cela marche parfaitement : la télé communique avec le téléphone, la tablette permet de consulter les contenus du téléphone, une musique achetée sur le SEN via la PS3 se retrouve dans son mobile ou PS Vita… Bref, la démo est vraiment concluante et l’on voit immédiatement le bénéfice d’un tel environnement cohérent et ouvert.

 

Le meilleur à venir ?

Reste que la bataille est loin d’être gagnée, car Sony a beaucoup (trop ?) attendu face à ses concurrents. Mais la marque, outre son capital commercial, a de sérieux atouts dans la manche.

En ce sens, Sony insiste sur son rôle de producteur de musique et de cinéma (Columbia Pictures) pour venir alimenter le SEN : des exclusivités de prévues ? En ce sens, ces deux branches sont encore éloignées de la maison mère japonaise et je demande voir quels accords vont être mis en oeuvre pour vraiment différencier ces contenus sur le SEN (sur le papier, Columbia a intérêt à proposer ses films au plus grand nombre, y compris iTunes).

Côté technologie, ce sont les tablettes que je trouve encore en deça de celles présentes sur le marché qui devraient venir épauler les smartphones Xperia, en grande forme commerciale. Quant aux camescopes et appareils photos numériques, ils ne sont pas encore compatibles DLNA mais devraient venir rejoindre prochainement l’écosystème.

Le meilleur est certainement à venir pour Sony, encore en convalescence mais dont le rétablissement pourrait (et devra) être rapide.

 

Xperia sola : le smartphone avec NFC et écran sans contact (floating touch)

Sony Mobile Communications dévoile Xperia sola, le dernier né de la gamme de smartphones Xperia sous Android. Il procure aux utilisateurs une expérience de navigation inédite grâce à la fonction floating touch, qui permet de pointer des liens sur le web sans toucher l’écran. Compatible NFC (near field communication, communication en champ proche), il sera proposé avec des Xperia SmartTags, tags NFC qui permettent d’activer des applications sur son smartphone.

Navigation « Floating touch » : surfez sans toucher

Proposée en exclusivité sur le Xperia sola, la fonction « floating touch » permet aux utilisateurs de naviguer sur Internet sans contact avec l’écran. Comment ? Rien de plus simple : les utilisateurs se servent de leur doigt comme d’un curseur mobile planant au dessus de l’écran. Ils peuvent alors surligner un passage du texte ou cliquer pour charger la page demandée.


 

La technologie NFC et des SmartTags : un smartphone très connecté

Le Xperia sola est compatible NFC et intègre deux Xperia SmartTags pour simplifier  la vie quotidienne des utilisateurs : il suffit de rapprocher son smartphone Android NFC près d’un SmartTag pour activer une ou des fonction(s) préconfigurée(s) (par exemple : activer son réveil, lancer sa playlist de musique…).

Le Xperia sola permet l’échange de données par NFC et ainsi de communiquer en toute simplicité avec d’autres smartphones, appareils et services  équipés de la technologie NFC. Il offre ainsi une connectivité simplifiée sur une multitude d’appareils pour partager et lire des fichiers sur l’appareil le mieux adapté. Il permet par ailleurs d’échanger des données de manière quasi-instantanée.


Un smartphone à la pointe du divertissement

Xperia sola offre une qualité d’affichage optimale avec la technologie Reality Display alimentée par le moteur Mobile BRAVIA, la technologie audio xLOUD et le son surround 3D, et un processeur double cœur  1 GHz pour une performance optimale.

 

Une arrivée sur le marché au second trimestre 2012

Xperia sola sera disponible en France à la mi mai. Il sera commercialisé en noir, blanc et rouge. Lancé sur la plateforme Android 2.3 (Gingerbread), le smartphone Xperia sola migrera vers la plateforme Android 4.0 (Ice Cream Sandwich) au cours de l’été 2012.

MWC 2012 – Test du Sony Xperia U (vidéo)

Au Mobile World Congress 2012, Sony (enfin débarrassé d’Ericsson) annonce les Sony Xperia U et Xperia P.

Les points clés de ce nouveau mobile :

– Ecran de 3.5 pouces technologie Mobile Bravia Engine
– Processeur double coeur cadencé à 1 Ghz
– Appareil photo de 5 mégapixels, caméra HD avec captures en 2D et 3D.
– Enceintes xLoud et 3D surround audio technology
– Android Gingerbread puis Android 4.0 (upgrade)

Le Sony Xperia U sera disponible le second trimestre 2012 en blanc et noir.

Et voici la vidéo test de nos confrères d’Engadget :

Mettre sa PS3 à la poubelle, ou renoncer à ses droits de justiciable ?

Merci sony Heureusement pour lire un bluray pas de problème ! Sony impose régulièrement aux possesseurs de PS3 de nouvelles conditions d'utilisation de ses services en ligne ou de son logiciel système. Mais que doivent faire les joueurs


Lire l’article original ici:
Mettre sa PS3 à la poubelle, ou renoncer à ses droits de justiciable ?
Article issu de la veille quotidienne de Stan&Dam.

Museogames : les jeux vidéos, une jouissive madeleine de Proust pixélisée [Video]

« allo, Damien ? C’est Rémi. Faut que tu viennes, je suis à un endroit qui devrait te plaire. »

J’ai vécu un rêve ce dimanche… et je ne m’y attendais pas. Me donner rendez-vous au musée des Arts et Métiers, à part admirer l’avion de Blériot, je ne voyais pas vraiment ce que je pourrais y découvrir. Erreur…

Sitôt entré,un choc. Un truc génial. Un fantasme de Geek absolu. Un immense magasin de jouets. Tout ce que j’avais vu étant enfant, réuni dans un même et unique endroit. Museogames.

Des pièces rares, uniques, des souvenirs de gosse (mon Atari 800XL, mon premier ZX81), des chimères de papier (une Vectrex ou la CBS Colecovision à gagner dans le magazine Tilt), le tout jouable !!!! Oui, j’ai pu l’espace de quelques heures, laché seul dans les lieux encore déserts, retrouver mes réflexes à PacMan sur Atari VCS 2600, déraper dans les gravier pixélés de Pole Position, casser la tête d’un boss de Double Dragon, ou encore jouer au tennis avec Snoopy sur Game&Watch. Il ne manquait plus qu’une bibliothèque de Gen4, Consoles + et Tilt  pour le décor soit une immersion parfaite dans les années 80.

Pour vous faire partager ce choc émotionnel rare et si puissant, si joussif dans sa régression ludique, je vous ai fait trois vidéos « à la volée », brut de décoffrage. Cette exposition va être un immense moment de bonheur pour des trentenaires et leurs enfants, et un espace de découverte pour les vingtenaire qui ne connaissent que la PS3 et la Xbox.




Témoins contemporains des révolutions numériques

C’est surtout, enfin, l’occasion de se rendre compte, à l’image du film Pixels, que l’iconographie symbolique du cube issue du premier Pong est désormais présente partout. Des Space Invaders disséminés dans Paris à Tron qui fait son retour 20 ans plus tard, en passant par la dernière campagne d’affichage pour La Redoute, les carrés sont plus que jamais là, symboles d’une société désormais livrée au numérique invisible, et dont le représentation ludique et graphique rassure par sa proximité et sa complicité, et inspire même le respect.

Car, finalement, ces jeux et ces consoles sont les témoins contemporains des révolutions technologiques et design que nous vivons à ce jour. Des machines qui procurent de la joie et du bonheur. Des fournisseurs d’adrénaline. Des dealers de frissons et de transpiration. La rencontre inespérée et magique entre des technologies froides et des émotions chaudes. Des objets transactionnels et émotionnels qui nous transforment, le temps d’une poussière de temps de calcul processeur, en pilote de course, en aventurier pitfallien, en grand singe Kong ou en alien.

Tout ça, en ce dimanche, ce fut plus fort que moi.

PS : billet NON sponsorisé.

PPS : merci à Céline et Rémi.

Pixels, l’attaque 8 bits de New-York

Je sors d’une exposition consacrée aux jeux vidéos au musée des Arts et Métiers (je vous en reparlerai, elle est exceptionnelle), et je tombe sur ce film.

L’attaque de New-York par les icônes des consoles 8 bits, c’est juste un rêve de court-métrage.

I like !


Déballage et interface du Sony Ericsson XPERIA X10 [MOBILE]

Ce mobile est impressionnant et plus globalement Android est impressionnant.

J’arrête et vous laisse regarder