série

Les Invicibles : premier épisode inédit en intégralité

PS : on n’a pas touché d’argent pour cette diffusion, sinon nous n’étions pas au courant et on s’est fait avoir. Notre numéro de CCP est dans le A Propos.

Les Invicibles arrivent sur Arte dès ce soir, mardi 9 mars. 4 potes qui signent un pacte et larguent tout pour une nouvelle vie. Symbolique de la crise de la trentaine, nous avions vu et critiqué ce programme chez Arte en avant-première.

Après avoir bravé les molosses de la sécurité de la boite de production, voici le premier épisode qui sera diffusé ce soir sur Arte en avant-première. Générique chanté par « La Chanson du Dimanche », acteurs inspirés, Stan&Dam aiment !

C’est tous les mardi à 22h30 sur Arte (oui oui vous avez bien lu). Et ici sur le web.

Dam se confesse sur les Mystères de l’Ouest dans le Post.fr

Qui m’aurait dit que je me retrouverais dans les colonnes du Post.fr… C’est la faute à Eric Maillard (@PRland pour ceux qui twittent) 🙂

Tout ça pour vous dévoiler une facette cachée du Geek assumé que je suis : mon amour enflammé et quasi-chirurgical pour les séries TV des années 70 et 80 (je déborde un peu sur 60 et 90 en général mais mon coeur de connaissances est là). Pour les années 2000, merci de consulter Stan.

Si vous avez besoin de quelqu’un pour un quizz sur « qui faisait la voix de » ou bien « combien d’épisodes y avait-il » je suis votre homme.

Eric a eu la gentillesse de reconnaitre que j’en savais plus que lui sur les Mystères de l’Ouest (cette homme est de qualité), et d’écrire une bafouille sur le sujet.

Vous ne savez pas quoi faire sur la plage ? Alors bonne lecture !

Speed Lost : pour tout comprendre à Lost en 2 minutes

Ou pas…

Bravo au Comité de la Claque !


Le Numero 6 est désormais un homme libre

Définitivement libre. Il l’avait toujours clamé. Patrick Mc Goohan, le légendaire Prisonnier de la série éponyme, est mort à l’age de 80 ans à Los Angeles. Acteur dans « Destination Danger », il sera l’inventeur, l’acteur et le réalisateur (de quelques épisodes) du Prisonnier, série télévisée britannique des années 1960, qui raconte l’histoire d’un ancien agent secret retenu captif dans un « village » dont il cherche constamment à s’évader.

Une parabole philosophique de la guerre froide, de l’homme dans une société (notamment technologique, puisqu’on y voit la télésurveillance généralisée) qui l’aliène, chacun y voit ce qu’il veut et c’est ce qui fait encore son charme et son mystère plus de 40 ans après. Immense fan de cette série (j’ai l’intégrale que j’ai vu et revu plusieurs fois), je suis triste ce soir.

Un très bon article ici sur cette série (merci Jean-Marc).

Au fait, savez-vous comment est venu le fameux « Bonjour chez vous » ? Le doubleur (l’excellent Jacques Thebault à qui l’on doit entre-autres la voix de Robert Conrad/James West dans les Mystères de l’Ouest) a tout simplement eu une intuition en voyant l’intraduisible « Be seeing you », et a proposé « Bonjour chez vous » au directeur de doublage. Adjugé !

Allez, une dernière fois ce générique tellement efficace, et un remix musical (qui a un poil vieilli je trouve) avec les principaux passages de la série.

Bonjour chez vous !



SERIE – Big Bang Theory

Eh oui, sur ce blog on parle aussi de séries américain (et ca devrait continuer).

Avec un peu de retard, j’ai découvert cet été une série assez drôle (ce qui est rare en ce moment) à ranger dans la même veine drolatique que How I met your mother. J’ai nommé Big Bang Theory.

Leonard et Sheldon pourraient vous dire tout ce que vous voudriez savoir à propos de la physique quantique. Mais ils seraient bien incapables de vous expliquer quoi que ce soit sur la vie « réelle », le quotidien ou les relations humaines… Mais tout va changer avec l’arrivée de la superbe Penny, leur voisine. Ce petit bout de femme, scénariste à ses heures et serveuse pour le beurre, va devenir leur professeur de vie ! – Allociné

La série serait un rien classique s’il n’y avait Sheldon (grand dégingandé maniaque du rangement – ca doit être là que je m’identifie en fait) qui me fait hurler de rire. Non seulement, il est imbuvable, odieux, prétentieux, schtroumpf savant (spéciale dédicace à Caroline) mais aussi totalement inadapté socialement (une copie d’Einstein en somme).
Ce que je retiens par dessus tout concernant Sheldon, c’est bien sa manie du rangement (Sheldon tu es mon idole).

Bref, une bonne série, un brin difficile à comprendre (le vocabulaire en V.O est un peu plus « élevé » que d’habitude pour une série – oui ok un peu élitiste tant sur le vocable que sur certaines démonstrations)