raid

NAS un espace de stockage et de partage réseau sécurisé (Partie 2)

UN NAS PARTAGE LES DONNEES

Dans un précédent billet, je traitais de la mise en œuvre du NAS. Je parle ici de l’accès aux données du NAS.

Je vous expliquais que le NAS est un espace de stockage par agrégation de disque. Sur cet agrégat, il faut créer des « partage ». C’est à dire des dossiers spécialisés: photo, musique, livre, document …

Il est possible de partager les données du NAS par différent moyens.


Il faut distinguer les données utilisateurs (documents principalement) des données multimédias.

Pour les données utilisateurs:

–          L’accès peut se faire dans le LAN via un simple partage de dossier (norme SAMBA/ CIF). Il faut monter le partage réseau sous Windows ou Mac (Mac est un UNIX. Linux est un UNIX. Donc en parlant du MAC, je parle aussi de Linux). Le dossier est visible et le fichier se manipule ou s’ouvre comme un fichier sur le disque dur local.

–          Le Syno via un petit « add –on » (VPN Add-on ici) peut se servir de passerelle VPN. Le VPN est un tuyau sécurisé qui passe au travers d’Internet et vous permet d’avoir une IP du réseau local de destination. BREF, une fois le VPN monté, l’ordinateur est relié au NAS comme s’il était à côté du Syno. Le partage se fait alors comme si l’ordinateur était dans le LAN alors qu’il est à l’autre bout du monde.

–          L’accès peut encore se faire via le WEB de deux manières.
Soit via une interface web en Ajax dans le navigateur qui se transforme alors en navigateur de fichier.
Soit via le protocole Webdav qui transforme le navigateur de Windows ou de Mac OS pour donner accès à distance aux dossiers comme s’ils étaient locaux alors qu’en fait, il s’agit de site web.


Ou l’on parle de NAS ….

Le NAS constitue à mon sens le centre névralgique de la maison connectée.
Il contient les données (document ou multimédia), en assure le partage (dans et hors du domicile) et la pérennité (au moyen du RAID).

Et la suite est sur stanalone.com

Un NAS n’est pas toujours efficace [SAUVEGARDE]

Juste un petit billet pour vous expliquer qu’on peut être très très très con.

Dernièrement, j’ai fait une petite analyse de marché des NAS. La meilleure solution (rapport qualité et surtout prix) était d’utiliser un PC avec quatre disques durs et de monter un Intel RAID Matrix. Jusqu’ici, tout va bien. Et là, c’est le drame (oui je sais j’aime bien cette expression).

Après une mise à jour du BIOS de la carte mère, l’ordinateur a redémarré avec les paramètres standards du BIOS. C’est-à-dire sans prendre en compte le RAID.

Résultat des courses, Windows a démarré en essayant d’initialiser un des disques du RAID. Évidemment, sans succès. Mais (oui parce qu’il y a un mais), cette petite procédure a cassé le volume RAID.

Jusqu’ici, tout allait encore bien. En effet, un RAID 5 fonctionne encore correctement lorsqu’un des quatre ou cinq disques à été déconnecté. Mais lorsque vous vous trompez et que vous retirez un autre disque que celui qui ne fonctionne plus, il n’y a plus que deux disques sur quatre qui se trouvent dans la grappe (oui, c’est comme ça qu’on appelle un ensemble de disque RAID). Le volume RAID est donc inutilisable et cassé.(bravo Stan d’être aussi C…)

Au final, vous pouvez perdre un certain nombre de données (dans mon cas 2.5 Tera de fichiers).
Il existe des milliers d’utilitaires pour essayer de récupérer les données dans ce genre de situation. Certains vont tenter de reconstruire les données de parité manquante. Certains autres vont tenter de redécouvrir la partition. Mais au final, aucun n’a fonctionné dans mon cas.

C’est l’utilitaire r-studio qui m’a tiré d’affaire.

Petite précision technique, lorsque vous effacez un fichier sur un disque dur normal ou lorsque vous détruisez des partitions RAID, les données ne sont jamais effacées.
Un disque dur est formé à son début par une table qui contient la géométrie du disque. Imaginez, un gigantesque annuaire qui va référencer toutes les rues d’une ville et tous les habitants de cette ville en leur attribuant un numéro.
Et bien une table de disque dur, c’est la même chose. Lorsque vous effacez un fichier, le système d’exploitation va simplement enlever l’entrée de l’annuaire. Il n’enlève pas tout de suite les données elles-mêmes (oui quand on coupe le téléphone de quelqu’un on ne l’expulse pas par la même occasion. C’était pour revenir sur mon analogie d’il y a quelques lignes). Dans le cas du RAID, il en va de même.

R-studio va donc lire la totalité du disque sans se préoccuper de son annuaire pour tenter de le reconstituer. Cette méthode fonctionne très bien (en tout cas, elle a très bien fonctionné pour moi). Le programme est capable de voir les dossiers et les fichiers et permet de les copier sur un autre support.

Après, il suffit de reformater correctement le disque d’origine (dans mon cas le RAID et ça dure juste très très longtemps…. 9h). Puis, il suffit de reprendre les données sur les disques de sauvegarde pour le mettre sur le disque d’origine.

Donc, au final, j’ai pu récupérer la totalité de mes données (sauf un très gros fichier mais que j’avais par ailleurs). Bien plus de peur que de mal mais dieu que c’est long !