radio

SFR veut "optimiser l'Internet" avec le trafic différencié

Comment dire …. c’est n’importe quoi. Il peut y avoir des limitations sur le mobile a cause du spectre radio mais sur de l’ADSL ou de la fibre … Jean-Bernard Lévy, président du directoire de Vivendi, avait été l’un des principaux défenseurs de la mise en place d’un trafic Internet régulé et différencié, devant la Commission européenne la semaine dernière.


Lire l’article original ici:
SFR veut "optimiser l'Internet" avec le trafic différencié – Freenews : L'actualité des Freenautes – Toute l'actualité pour…
Article issu de la veille quotidienne de Stan&Dam.

La tour de Tokyo est vrillée

La tour de Tokyo est vrillée

Cet article est issu de la veille quotidienne de Stan&Dam. Ils aiment mettre en avant des informations intéressantes vues sur le web, et les partager.

La tour de Tokyo est peut-être la structure la plus connue du Japon. Le tremblement de terre de 8,9 sur l’échelle ouverte de Richter  a secoué la tour d’acier de 336 m de haut jusqu’à vriller l’antenne.


Lire l’article original ici:
La tour de Tokyo est vrillée

Hadopi : illimité = de 50 à 100 000 avertissements par jour (Nègre)

Cet article est issu de la veille quotidienne de Stan&Dam. Ils aiment mettre en avant des informations intéressantes vues sur le web, et les partager.

Toujours dans la longue interview accordée à Radio Campus, Pascal Nègre a fait connaître ses pronostics sur le déroulement d’Hadopi. Pascal Nègre (présentation de la mission Olivennes, ministère de la Culture, M.


Lire l’article original ici:
Hadopi : illimité = de 50 à 100 000 avertissements par jour (Nègre)

L’information est une vocation

Je viens de découvrir via DocNews la nouvelle campagne de France Info. Je la trouve très intéressante, (presque) juste, belle (le travail sur la photo est superbe).

Car, si deux des visuels retenus peuvent passer comme une exaltation épinalesque du journalisme de reportage (avec la route vide qui va bien dans un pays hostile très loin, ou la maison que l’on suppose dévastée sous les bombes), le troisième ajoute une touche de réalité salavatrice : le journalisme, c’est aussi se faire ch*** (j’évite les gros mots, ma maman me lit) dans une voiture reportage en attendant la sortie du conseil des ministres ou l’arrivée du Tour de France.

Au final, l’ensemble donne une vision assez large des reporters de France Info avec une touche esthétique très agréable qui tend vers le photo-reportage à la Bresson et reste dans les codes du journalisme de combat, tout en mettant les « héros » de France Info en avant.

Si le génie n’est pas de mise, la beauté artistique et l’exaltation d’informer sont bien présents. Et ces codes suffisent à différencier France Info de ses concurrents.

Bonne nuit Macha

Vous le savez peut-être, j’aime la radio (et j’en ai même fait plusieurs années sur des antennes de Radio France). Je trouve ce medium fabuleux, par l’imaginaire qu’il développe juste grâce à un timbre de voix. Et parmi ces timbres de voix, voluptueux, marqués, il y avait Macha Béranger.

Figure mythique de la maison ronde de Radio France, elle était celle qui tenait compagnie aux « sans sommeil ». Elle avait une oreille et était une complice de l’instant, jusqu’en 2006 où son émission a été arrêtée. Je suis pourtant certain qu’elle avait un effet sur les ventes d’anxiolytiques.

Elle vient de s’éteindre à 67 ans. Bonne nuit Macha.


Bon sinon y avait cela, mais je suis toujours aussi perplexe sur les bandes-sons des années 70…


Goom Radio lance un nouveau modèle de radio numérique, et brouille l’écoute de NRJ

Jean-Paul Baudecroux, souriant boss de NRJ

Il y a des fois, on se demande si certains ne le font pas exprès… car si NRJ avait voulu mettre en lumière un nouveau concurrent, on ne s’y serait pas mieux pris. Résumé des épisodes de la guéguerre entre NRJ et des ex-NRJ qui ont monté Goom Radio, aka Emmanuel Jayr (ex-directeur com et promo) et Roberto Ciurleo (ex-directeur de la programmation). Ce nouvel entrant a fêté son lancement officiel le 16 octobre dernier au VIP Room à Paris avec du beau monde (Chris Brown, Diam’s, M. Pokora, Kamel Ouali, Gary Dourdan (« Les experts »)…) et des blogueurs (Nicolas Leune, Damien Anfroy, Nael, Emilie Bramly, ma pomme…).

20 septembre : concert de Madonna au Stade de France. Goom a passé un accord avec le « tourneur » de la madonne en France pour faire en sorte que Goom soit la radio officielle du Candy Tour. Problème : cela perturbe NRJ, positionnée radio officielle de la star. Moralité : NRJ fait pression sur le Stade de France pour déprogrammer un spot de pub pour Goom. Et ce sera la cas.


Depuis, NRJ a adressé une mise en demeure à GOOM l’accusant de vouloir copier et dénigrer la station à la panthère.

Voici le texte de cette lettre :
« Nous avons découvert avec stupéfaction que vous utilisiez le slogan ‘hit music non stop’ pour désigner la webradio GOOM alors que la radio NRJ que Goom a pour objectif de concurrencer auprès des jeunes, est depuis fort longtemps désignée par le slogan ‘hit music only’.
(…)
Le choix de slogan procède à l’évidence d’une volonté de profiter indûment de la notoriété du slogan ‘hit music only’ et de placer GOOM dans le sillage de NRJ. (…) Ceci est d’autant plus manifeste que les fondateurs de GOOM de manière intolérable n’ont pas hésité à affirmer que « leur projet va donner un sérieux coup de vieux à NRJ » (Les Echos du 16/10/2008)

De tels agissements relèvent incontestablement du parasitisme et engagent votre responsabilité envers NRJ. Nous vous mettons en demeure de cesser toute utilisation du slogan ‘hit music non stop’ et de cesser tout agissement parasitaire envers NRJ. »

A quel jeu joue NRJ ? Outre que je n’ai pas trouvé trace de ce slogan sur leur site ni leurs déclarations (mais NRJ doit avoir ses preuves), cela pourrait ressembler soit à une réaction de défense logique, soit à de la panique maladroite. Dans les deux cas, ces attitudes sont liéees à une même raison : l’émergence d’un nouveau service pouvant préfigurer l’évolution du marché radio sur le numérique, et sur lequel NRJ (et ses camarades « traditionnels ») ont du mal à se positionner. L’ère qui s’ouvre est à l’image de celle de 1981 et de la libéralisation des ondes. La peur est donc légitime.

Et que vaut le service ?

Goom se positionne comme la première radio numérique. Traduction : un bouquet de radios tout IP faite par des professionnels de la radio et qui va emprunter aux règles communautaires du 2.0. Ce qui veut dire : une radio qui a pour ambition d’être diffusée partout (internet, radio wifi, radio numérique, mobile…) et qui veut intégrer tous les atouts des outils numériques.

J’ai eu la possibilité de tester le produit depuis un moment et je le trouve vraiment génial car hybride : un mélange de Deezer (pour la bibliothèque musicale), Radionomy (pour la création de son format), Odeo (pour la banque de podcasts à venir) et un bouquet de radios pros (pour l’instant musicales, mais des radios talk devraient arriver) produits dans de « vrais » studios à Sèvres. A noter que l’on peut parler vraiment de radio (au sens flux de programmes, liners et pages de pubs), à la différence d’autres sites qui utilisent de manière galvaudée ce mot.

Une qualité toute particulière a été apportée au son et à son encodage (montez le son sur des enceintes de bonne qualité, vous me direz ce que vous en pensez).

Mais la « vraie » innovation concerne la création de radio personnelles « sur mesure » via un outil inspiré des logiciels de programmation professionnels des radio et sur la base musicale de PressPlay. La grille se crée selon les goûts musicaux que l’on déclare (ou en dupliquant une radio que l’on aime via la fonction « clone »), une liste de 150 morceaux (dont 50 accessibles via une interface de programmation) est modifiable à souhaits (suppression, ajouts de morceaux ou de podcasts, modification de la rotation). A noter le judicieux mix entre morceaux incontournables, morceaux de niche, et (à venir) pages de pubs (avec partage de revenus ?).

L’interactivité avec la communauté de Goomers se fait via un profil et un GoomWall, développé sur le modèle du mur éponyme de Facebook. Ils peuvent de plus venir nourrir le catalogue de podcasts « premium » composés de chroniques professionnelles (produits dans les studios de Goom dont certains avec des blogueurs, on en rediscutera 😉 ) avec leurs propres émissions. En clair, Goom propose de se créer sa radio comme un pro facilement, en mixant des contenus « poussés » + un catalogue de contenus à la demande + ses propres contenus + un espace d’échanges communuataire. C’est ce que j’appelle un « Genius Social Media ».

La rémunération des ayant-droits est calqué sur les droits demandés aux radios et non aux sites musicaux, et un modèle publicitaire de type medium-rectangle + messages pub ramène le gros des revenus, sans oublier une radio B2B comme celle de Allociné (qui apporte un effet d’image non-négligeable et une source déportalisée d’audience).

Reste que Goom n’est pas encore accessible en mobilité (iPhone notamment), et n’est pas exportable sur son espace perso : je rêverais pourtant de faire écouter « ma » radio sur mon blog ou mon facebook. Une sorte de nouvelle manière de créer du contenu me ressemblant, mon « media à moi ». Bientôt ?

Envie d’interviewer les Minimoustaches à la radio ? C’est possible !

Toi aussi tu rêves d’interviewer la crème de la chanson francophile d’origine allemande ? Tu as fantasmé dans ta jeunesse devant les moustaches de certains chanteurs ? Toi aussi tu aimes les chiens ?

Bref, si tu ne connais pas encore MiniMoustache, je pense qu’il y a urgence à le faire ! Un groupe allemand qui chante en français, totalement délirant et plein d’humour décalé (suffit de jeter un coup d’oeil à leur clip tourné à l’envers pour s’en convaincre), bref des gens biens comme les aime S&D.

Goom Radio te propose d’aller dans leurs studios les interviewer lundi 6 octobre à 20h : contactez directement Hedia ! Et si tu as 5 minutes, tu as aussi le concours de remix pour te faire la voix…


PS : sinon dans la série chanteur à moustaches made in Germany, j’ai aussi Gunther, mon deuxième homme après Stan :p