piratage

Piratage – comment préparer l’opinion pour le 4 mars

Dans la série je vais matraquer Madame Michu pour lui faire comprendre que le net c’est rien que des pirates: Vivendi et sa fibre qui ne sert à rien, Olivier Bomsel et l’economie du net qui repose sur le piratage enfin Christine Albanel qui raconte n’importe quoi.

Ca promet

More

Pourquoi Luc Besson a peur du piratage (part 1) …

Mais pourquoi Luc Besson a-t-il si peur du piratage, quitte à s’emmêler les pinceaux et raconter des bêtises plus grosses que lui ? Il a pourtant une formule magique pour produire des scénarios à l’infini.

A moins que ce ne soit le piratage de cette formule magique qui lui fasse peur…


[MàJ] Hadopi rime avec Sarkozy (et inversement)

Bon je vais pousser mon petit coup de gueule (un parmi tant d’autre: Loi Hadopi : les mauvais arguments de Mme Albanel, PIRATAGE – Mort de la ripose graduée à la francaise, Mission Olivennes (1ere partie) – Ca dit quoi ?, Mission Olivennes (3eme partie) – Ca dit quoi ?)

[Mode coup de gueule ON]

Comment ne pas réagir à cette fabuleuse fulgurance de notre inénarrable président:

Nous avons essayé en 2007, de trancher la question si difficile des droits d’auteur sur Internet, du piratage qui détruit massivement la musique et le cinéma. […] Je n’ai pas été élu pour laisser voler au supermarché. Piller les œuvres musicales, piller les œuvres cinématographiques, piller le œuvres littéraires, car toutes y passeront, sans respect pour celui qui a écrit, composé, réalisé, c’est tuer la création.

J’ai demandé que la loi Création et Internet soit définitivement votée en mars prochain et je suis certain qu’elle aura un effet très positif sur les comportements. Internet pourra devenir enfin un fantastique lieu de création et d’échange, et non une jungle sauvage où il serait permis de piller les œuvres des créateurs

repartitiondroitCD1.png

Pourquoi fulgurance :

1 – d’où le piratage détruit massivement la musique et le cinéma. Ni l’un ni l’autre n’ont besoin de nous « consommateur » pour se détruire. Ce marché se détruit par les cartes illimitées pour le cinéma et les téléchargements légaux pour la musique. Pourquoi ? le droit d’auteur suggere un paiement à l’acte (je paye pour voir, pour écouter). Les cartes ou abonnement forfaitaire ne sont que des licences « globale » de concession « globale » de droit sur un catalogue.  Lorsque Sarkozy parle de droit d’auteur bafoué ne veut-il pas plutôt parler d’intermédiaires (maison de disque, studio, etc …) bafoués ?

J’aime aussi à ajouter cet exemple : vous prenez Jem – They. L’ouverture n’est autre qu’un pillage (oups pardon ce groupe n’a pris que 29 seconde d’un autre morceau ce qui en fait une citation exemptée du droit d’auteur) d’une œuvre des années 60 du groupe The Swingle Singer (de la sœur de Michel Legrand pour la petite histoire). Et là ou se devient drôle, c’est que l’un et l’autre ont piqué leur mélodie à … J.S Bach – Prelude en F mineur (qui est mort depuis si longtemps que son œuvre est dans le domaine publique ET donc exempté de paiement de droit d’auteur). Le premier a bafouer, contourner ou jouer avec le droit d’auteur ne sont-ils pas les artistes eux-même ?

2 – je ne savais pas que les œuvres littéraires étaient pillées sur internet. Personnellement, je n’ai jamais vu une personne préférer télécharger illégalement un livre de poche (le facteur prix peut être ? non …. Trop trivial).

3 – « J’ai demandé que la loi Création et Internet soit définitivement votée en mars prochain» … ouah super les chambres (Sénat et Assemblée) ne sont que d’enregistrement. C’est un peu cher tout ces députés et sénateur pour parapher les décisions de Sarkozy

4- un « effet très positif sur les comportements ». Oh oui Prdt Sarkozy, c’est déjà fait depuis longtemps. Au lieu d’utiliser le P2P qui est mal, tout le monde va se tourner vers des serveurs de Newsgroup étrangers, cryptés SSL (et par la même très peu exposé aux yeux des ayants droit).
Résultat des courses, les gros et vilains téléchargeurs pourront en toute impunité continuer leurs basses besognes (c’est mal). Tandis que, la petite  Cécile se fera condamné pour avoir téléchargé le dernier étron disque de la Star Academy. Que la vie est injuste …

Ce n’est pas dans le texte mais c’est une réflexion personnelle.

5- nous payons tous déjà une taxe « copie privée » sur les supports de stockage. Hors, les DRM empeches cette copie privé. De plus, la copie privée est en passe d’être morte. Pourquoi donc payer une taxe (surtout si le disque sert à stocker les backup de serveur par exemple) qui est sans objet ? N’est-ce pas une licence pour télécharger ?

6- si je devais vraiment m’acquiter d’un droit d’auteur (sur l’oeuvre) et non d’un droit sur support (VHS->LaserDisc->DVD->BlueRay), je n’aurais pas à payer une deuxième fois une oeuvre que j’ai déjà acheté. Si je le souhaite je pourrais me passer du support et télécharger ma collection de Art of Noise que j’ai déjà payer en cassettes dans les années 80.Mais ce n’est pas le cas.

En guise de conclusion

Lorsqu’on détourne les biens publiques pour son usage personnel,

Lorsqu’on bafoue les représentations nationales,

Lorsqu’on l’on use de son autorité et de son statut pour régler (en détournant l’appareil d’état) des affaires privées (oui Nicolas et  l’affaire du cap nègre par exemple),

Lorsqu’on préserve les avantages exorbitants d’une toute petite portion de la population au détriment de la masse,

Peut on parler des voleurs sur le net ? est-on qualifié ?

[Mode coup de gueule OFF]

Si vous voulez vraiment aider les artistes, soutenir la création et participer à la vie culturelle du pays, allez au concert ou au théatre.

[MàJ]  – Richard Ying parle aussi du problème Hadopi. Interessant !

Numérique et culture, la fin nécessaire du copyright ?

C’est mon ami de blog (il écrit tout comme moi sur ReadWriteWeb France) Fabrice Epelboin qui pose la question dans une interview qu’il a donné lors des rencontres d’Autrans 2009. Sa remarque est très juste, et en fait se pose depuis des années : comment concilier diffusion massive de la culture et respect des auteurs ? L’une des réponses est la réforme des Copyrights. Les Creative Commons sont un début de réponse, mais la réflexion peut aller beaucoup plus loin, ce qui est esquissé dans cette vidéo.


Loi Hadopi : les mauvais arguments de Mme Albanel

A l’heure où je vous parle il n’y pas d’information qui filtre du Sénat sur la loi Hadopi. Il semble que les sénateurs veuillent amender fortement -et dans le bon sens- cette loi « Créativité et internet ». Petit résumé des forces en présence.

D’un côté Christine Albanel, qui défendait notamment hier dans Soir 3 la suspension de la connexion internet (expliquant que l’on pourra toujours aller dans un cyber-café ou chez un membre de sa famille, ce qui prouve une totale méconnaissance des usages du net qui devient pour certains, dont je fais partie, une « utility » aussi importante que l’électricité ou l’eau), et qui pense qu’une amende « c’est répressif alors qu’une suppression de connexion internet c’est pédagogique » (faudra m’expliquer…).

Enfin, à la question « est ce que cela va pousser au développement de nouvelles offres légales ? » (c’est vrai qu’il n’en existe pas…) la réponse invariable est que l’enrayement supposé de la piraterie poussera les acteurs à faire éclore une offre légale. Mme Albanel prend pour exemple le film « Bienvenue chez les T’chis » qui, toujours d’après elle, « aurait passé la barre des 20 milions d’entrées s’il n’y avait pas eu le piratage ». Je trouve l’argument savoureux, et faux-semblant : je ne pense pas que ce film ait été vraiment géné par le piratage à la lueur des millions d’entrées réalisées; de plus, vu le volume de spectateurs il n’est pas certain que ceux qui l’ont téléchargé aient vraiment eu envie d’aller en salle… Il aurait été plus judicieux de donner l’exemple d’une oeuvre ayant eu un succès moindre « à cause » du piratage (mais peut-être les exemples à trouver étaient difficiles). L’impact sera peut-être plus visible sur les ventes de DVD à venir.

Seul point intéressant : la suppression des DRM (pour justement augmenter l’attractivité des offres légales, mais c’est déjà le cas !).

De l’autre, les opérateurs internet (dont Orange qui vient de rejoindre le groupe des FAI opposés à la loi Hadopi alors qu’il avait signé les Accords de l’Elysée), mais aussi l’Europe, l’UFC que Choisir… et maintenant les sénateurs. 27 amendements ont été posés, et de nombreux points ont été touchés : le conditionnement des aides publiques au film à sa disponibilité en vidéo à la demande, transparence des mesures de verrouillage des offres légales, non filtrage des réseaux, et surtout remplacer la suspension de l’abonnement internet par une amende progressive dont une part serait rétrocédée aux auteurs et artistes-interprètes que le piratage aurait lésés.

A quand la fermeture de Fnac.com pour cause de DVD pirates ?

C’est ce qui s’appelle jouer à l’arroseur arrosé… Le Canard Enchainé révèle cette semaine que la Fnac, dont est président Denis Olivennes, auteur du rapport contre le téléchargement illégal de musique, vendrait des DVD piratés !!!

Si l’on se fit à 20 Minutes, « les galettes incriminées sont des «bootlegs», c’est à dire des enregistrements non autorisés de performance live par des artistes comme les Rolling Stones, Eric Clapton ou Jimi Hendrix. » Elles sont vendues via un soit-disant label américain (mais plutôt tirant du côté de la Yougoslavie), Wow productions.

En y regardant de plus près, il apparait que la Fnac n’est pas le seul distributeur en cause, et penser que le Canard ait eu envie de se « payer » Denis Olivennes n’est pas totalement impossible… Mais il n’empêche. La direction du plus grand disquaire de France était au courant depuis décembre, et ces mêmes DVD sont bien référencés sur Fnac.com, en plus de tous les magasins de la marque.

De fait, cela porte surtout un discrédit aux recommandations du rapport Olivennes qui préconissait des sanctions graduées à l’encontre des internautes ayant téléchargé des fichiers piratés, sans avoir la possibilité d’arguer du fait qu’il n’était pas au courant de l’origine frauduleuse de ces contenus.

La Fnac s’exonérant de toute responsabilité quant à ces DVD pirates se retrouve dans la même situation, et invalide de fait cette disposition, d’autant plus qu’elle en fait la vente et non un usage privé.

Bref, si vous avez envie de vous ravitailler en bootlegs sans chercher sur le net, le site DegroupNews a fait le test : on trouve de tout à la Fnac !

Taxe sur les disques durs

hdd.jpg La commission Albis vient de dévoiler les différents montant de la taxe sur les disques durs. More

P2P – PirateBay … 43ème prise !

pirate_drapo_big.jpg Dans la série « Je l’aurais …Un jour je l’aurais », l’épisode de cette semaine le procureur de Suède contre the Pirate Bay …. Un pression incroyable ! More