père noel

Quand Jack Bauer interroge le Père Noël

Sacré Jack, toujours en train de protéger la veuve et l’orphelin.

C’est vrai, après tout le Père Noël il se ballade en une nuit sur la Terre entière en faisant fi de tous les contrôles possibles. Le terroriste idéal en somme…


[La Pause de Midi] J’aime pas Noël

On aime ou pas Monsieur Dream (Cyprien, si tu pouvais être un poil plus chaleureux quand on se croise… quel grand timide tu fais), mais il faut reconnaitre que Noël semble bien l’inspirer (période propice au buzz ou aux histoires en tous genres, allez savoir).

Il n’empêche, si Super Mega Noel m’avait donné un goût de déjà vu bien prononcé (même si je sais qu’il est au combien difficile de faire un court-métrage, j’ai déjà testé), je reconnais que le rap « J’aime pas Noël » qu’il a co-écrit avec m’a PV Nova bien fait triper.

Montez les décibels et appréciez le spectacle !


Quand les adultes croient au Père Noël

C’est le titre d’un excellent article du Monde daté du 24 décembre. Article touchant, qui fait réfléchir à ce besoin de  » croire » en quelqu’un, un recours, une aide, dans des temps malmenés ou la confiance s’érode de tous les bords. Et soulignant le rôle « social » de la Poste en cette période de doute, par la mise en place d’un service-courrier dédié au bedonnant bonhomme rouge et blanc.

« Dans le courrier des grands, on trouve des « choses très rigolotes et d’autres désespérées », confirme Véronique Teulières, directrice du service clients courrier. « Cher Père Noël, a écrit Emilie depuis le site Internet de La Poste, cette année, les garçons n’ont pas été très gentils avec moi. Alors, j’aimerais que vous offriez un cerveau à tous les garçons. » D’autres cherchent l’amour, le réconfort, dans un mélange de simplicité, de naïveté et d’espérance. »

L’humour, l’ironie, la détresse et l’espoir de ces lettres d’adultes à un personnage imaginaire floute la limite entre réalisme et onirisme. Et si, au final, les adultes avaient besoin de croire, non pas au sens religieux du terme, mais de s’évader vers un rêve, un irréel rassurant ? Avoir envie de croire au personnage dont ils narrent l’existence à leur(s) enfant(s) ?

Bonne lecture.