Orange

Orange TV sur iPhone : les vidéos exclusives de l’application



Merci à Frenchiphone.

La télé à la carte par Orange [ORANGE]

Très bluffant et vu sur Univers Freebox, une démonstration par le PDG d’Orage de la télé à la demande.

C’est dispo quand ?

G1 : le Google Phone testé par Stan&Dam [VIDEO]

ind-pic.jpg

Stan&Dam vous gâtent à quelques semaines de la sortie du G1 en France : une vidéo de découverte de la bête !

Le G1 est un téléphone lancé par HTC et T-Mobile (aux USA) avec l’aide de Google et de son système d’exploitation « ouvert » Androïd. Je mets des guillemets à ouvert car s’il est basé sur un linux et open-source (donc modifiable par des tiers), Androïd requiert quand même un enregistrement auprès de Google afin de pouvoir utiliser les fonctions agenda, calendrier et mail. Ce qui est quand même une procédure peu anodine…

Le G-Phone est donc un téléphone « powered by Google », qui est la première utilisation opérationnelle d’Androïd. Cet OS est censé être disséminé peu à peu sur de nombreuses autres plateformes telles que PDA, tablet PC, ou autres smartphones. C’est surtout la première application vraiment à grande échelle d’un Linux sur un terminal mobile (je n’oublie pas OpenComo, qui rste pour le moment confidentiel).

A quoi ressemblent cet appareil et son OS ? De passage à San Francisco recemment, j’ai eu le privilège de jouer avec l’un des exemplaires en vente actuellement (merci à Olivier Felten pour son prêt). Et bien sur, une vidéo a été faite (on ne perd pas nos bonnes habitudes).

More

G1 en France chez Orange [MOBILE]

Nous avons eu le plaisir d’être invité par Orange lundi soir.

A donc été confirmé:

– la rumeur d’un G1 (Google phone première génération Android) qui sera proposé à 149 € – c’est un peu étrange vu que SFR va proposer le G2 dans 1 mois.

– Pas de surcouche logicielle (ou Orange signature) et ca ne va pas faire plaisir à Abaxia !

– les forfaits Origami plus qui vont voir la limite de 500 Mega sauter pour monter à 1 Giga – sachant que les premiers SMS pour dépassement de la limite de téléchargement sont apparus la semaine dernière. On se retrouve donc niveau avec les forfaits Origami Zen, Origami Star et Origami First, que l’on transforme en auxquels Origami Zen Plus, Origami Star Plus et Origami First Plus pourront ajoute 10€/mois.

– ces forfaits ne seront pas limités en download et upload (ils iront au « taquet » de ce que peux faire la 3G) pour répondre au scandale de cet été Orange briderait les débits 3G.

Et une petite photo pour la fin …

htc_g1_1.jpg

[MàJ] L’iPhone chez Bouygues et SFR, c’est (officiellement) fait

BREAKING NEWS !!!

Le conseil de la Concurrence a suspendu à titre conservatoire l’exclusivité qui lie l’opérateur Orange à Apple, concernant la commercialisation de l’iPhone en France (source le Figaro).

Qui l’aurait cru ? L’iPhone est en passe d’être vendu par SFR et Bouygues. Voici un beau cadeau pour ces opérateurs à quelques jours de Noël, rendu possible par le conseil de la concurrence qui a cassé l’exclusivité d’Orange suite à une plainte de Bouygues. Un énorme coup dur alors que les ventes se font majoritairement en cette fin d’année.

Il était déjà possible de faire fonctionner le combiné sur d’autres réseaux, mais au prix d’une solution de « jailbreak » et de desimlockage non officielle (et potentiellement bloquée à chaque mise à jour). SFR et Bouygues proposait déjà à ses clients d’utiliser le téléphone d’Apple sur leurs réseaux, moyennant le remboursement de 460€ sur l’achat d’un iPhone au prix fort et désimlocké dans le réseau Orange.

Désormais, seul le prix de vente de l’iPhone par Apple aux autres opérateurs pourrait être de nature à bloquer sa diffusion hors des canaux actuels.

Le conseil de la concurrence précise qu’il s’agit de «mesures conservatoires» c’est-à-dire immédiatement applicables, en raison de la période de Noël. La décision sur le fond devrait être rendue l’année prochaine. Bien sur elle ne porte que sur la France, et Orange fera certainement appel, mais pourrait-elle faire jurisprudence au niveau européen (et de fait entamer les partenariats industriels négociés entre opérateurs et Apple)?

Dans l’histoire c’est Orange qui se retrouve le vrai perdant, car outre les investissements consentis pour implémenter des fonctions propres à l’iPhone (la messagerie visuelle, ou adaptation d’une partie de son portail Orange World), c’est en tant que distributeur d’un appareil sur lequel elle n’a aucun contrôle (par exemple, la musique téléchargée est celle trouvée sur iTunes et non pas sur le portail musique de l’opérateur) que l’opérateur perdrait la main.

De fait, même si l’opérateur bénéficie d’une exclusivité de cinq ans (Apple pouvant y mettre fin au bout de trois ans), « l’empreinte » de ce téléphone est tellement forte qu’il peut se passer d’une exclusivité opérateur, et la Pomme ne pourra qu’y gagner. Pour mémoire, après un an d’exploitation, il s’est vendu officiellement à date plus de 150 000 iPhones de première génération et plus de 450 000 iPhones 3G en France.

PS : comme je travaille chez cet opérateur, je précise que mon propos est ici tout à fait libre et ne fait que commenter une décision de justice sans aucun parti-pris.

PPS : la réaction d’Orange ne s’est pas faite attendre, par un communiqué dont je vous livre un extrait : « Orange prend acte de la décision du Conseil de la Concurrence et fera appel de celle-ci devant la Cour d’Appel de ParisLa décision du Conseil de la Concurrence remet en cause les efforts consentis par Orange pour développer les usages haut débit mobile en France. Il est d’ailleurs paradoxal que l’opérateur ayant le plus de retard dans le déploiement de son réseau 3G soit à l’initiative de cette plainte. On notera également qu’il lui a fallu attendre plus d’une année après le lancement de l’iPhone pour demander ces mesures conservatoires supposées urgentes et qui interviennent en pleine période commerciale de fin d’année. Orange note que le plaignant, au lieu de livrer réellement une concurrence par les mérites, a de façon systématique recours aux autorités administratives indépendantes, pour conforter des situations privilégiées ou freiner des innovations marketing et commerciales de ses concurrents. »

Orange lance sa chaine ciné, l’Arcep grince des dents

Orange annonçait depuis longtemps le lancement de ses propre chaînes de cinéma, ce sera une réalité des le 13 novembre prochain. Au programme, des films, dont des exclusivités (Harry Potter et l’Ordre du Phénix, Ocean 13, I am Legend, Dark Knight…), et des séries, inédites pour certaines (True Blood, In Treatment, John Adams, Génération Kill). L’offre de contenus en première exclusivité devrait d’ailleurs se développer dans les prochaines années, Orange coproduit en effet certains films comme « Coluche, c’est l’histoire d’un mec » bientôt à l’affiche.

Le bouquet Orange cinéma séries sera proposé à 12 euros par mois sur TV et PC (en plus d’un abonnement triple play), et 6 euros sur mobile et comprendra 5 chaînes dont une en haute définition. Dommage de ne pas avoir une offre globale à un prix unique…

Un service de rattrapage, proposant les programmes jusqu’à 30 jours après leur diffusion sera également disponible. Orange annonce que 1 200 films, 1 000 heures de séries, 200 documentaires et 300 heures de séries jeunesse seront diffusés chaque année sur son offre.

Pour quelle profondeur de catalogue ? Chaque année, Orange Cinéma Séries compte proposer plus de 1200 films, 1000 heures de séries, 200 documentaires et 300 heures de séries jeunesse. Les contenus vidéos proviennent des studios d’Hollywood (Warner Bros, MGM), de la chaîne premium américaine HBO mais aussi de partenaires cinéma français (Gaumont, Bac Films). Orange compte aussi s’appuyer sur son propre studio de production Studio 37, inauguré en janvier 2007 et engagé dans 23 longs-métrages au dernier pointage.

Compléments et portabilité

Les abonnés pourront poursuivre leur voyage dans l’univers d’un réalisateur grâce au service « compléments » qui permet de prolonger la programmation des chaînes selon des thématiques événementielles. Par exemple, à la diffusion du Rocky Balboa, les 5 premiers Rocky seront proposés en complément. A partir de 2009, les abonnés ayant manqué le début d’un programme pourront relancer un film grâce à la fonction de redémarrage.

De plus, Orange introduit aussi une dimension de portabilité avec la possibilité de transférer les fichiers vidéo sur des baladeurs vidéo (seulement de marque Archos pour le moment). Pour l’iPhone, il faudra s’en passer : les protections DRM d’Apple sont incompatibles avec ceux de Microsoft Windows Media retenus pour l’exploitation du nouveau service vidéo.

>> Réelle innovation ou gadget ? Je trouve cette idée intéressante et réellement novatrice, mais les usages seront-ils au rendez-vous ? Rien n’est moins sur, les études actuelles ne montrent pas un besoin réel de type « nomadisme audiovisuel »; seuls les « natifs numériques » (utilisateurs avancés) ont ce type d’usage, ce type de profil n’est la majorité des utilisateurs d’Orange, loin s’en faut. Sans parler de la réelle fluidité entre les écrans : vais-je très facilement retrouver mon film exactement au point où je me suis arrêté sur mon mobile ? Et quid de la qualité (la TV 3G n’est pas un exemple de qualité à ce jour) ?

Critiques de l’Arcep

Cette fois, c’est le président du gendarme des télécoms, Paul Champsaur, qui a critiqué cette stratégie d’exclusivité. Selon lui, le jeu de la concurrence est faussé « si un gros opérateur de réseau devient lui-même acheteur et assembleur de contenus pour son usage exclusif », écrit-il dans la lettre mensuelle d’octobre de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), en visant Orange sans le nommer. Selon lui, la solution serait de procéder à une  régulation « technico-économique » du secteur audiovisuel, à l’instar de ce qui se pratique déjà dans les télécoms avec le Groupe des régulateurs européens.

>> C’est surtout le brouillage des frontières (entre monde de l’audiovisuel et des télécoms) qui pose problème, car on tombe dans un flou juridique : qui doit réguler, et comment ? Canal + est lui aussi juge et partie en termes de production cinématographique, mais ne cumule pas les métiers (FAI et audiovisuel), pour le moment…

Test du livre électronique d’Orange et les Echos (« effet Bonaldi » inside)

Ce qui est bien en été, c’est que l’on a plus de temps pour soi, et donc pour faire les choses que l’on n’avait pas eu le temps de faire jusqu’à présent.

Exemple pratique : le test du livre électronique Iliad distribué par Orange (voir notre article sur la Collection) et les Echos. On vous le montre sous toutes les coutures, avec ses avantages mais aussi ses défauts (dont un magnifique « effet Bonaldi » sur la fin, c’est du direct ! 🙂 ).


EXCLU – Les blues blogueurs !!!

Capté à la Collection Orange du 3 juillet. La classe pour l’été 🙂 (pour savoir à quoi servent ces lunettes, cliquez ici).

Stan&Dam (merci à Gonzague)

Thierry Bézier d’Intruders.tv

Anh Phan, du Journal du Geek