[Critique ciné] Coup de foudre pour l’Arnacoeur

Stan&Dam ne sont pas que des Geeks assoifés de nouveautés technologiques. Non. Ils aiment aussi les salles obscures en Dolby Digital 7.1 THX full duplex et les images en cinémascope. Voici donc la critique ciné de la semaine !

Invité il y a quelques semaines à voir en avant-avant-première le premier film de Pascal Chaumeil avec Romain Duris et Vanessa Paradis, je dois avouer que je n’était pas vraiment chaud de prime-abord…

Une comédie romantique française ? Notez bien ces trois mots qui, juxtaposés, relèvent de l’exercice de style impossible que d’une réalité probable. Bref, du grand n’importe quoi.

Laissons le bénéfice du doute à cette production, je serai toujours à temps d’en faire un billet Baltringue. Sauf que…

Le synopsys n’est pas si idiot que cela, et vaut une comédie américaine standard :

Votre fille sort avec un sale type ? Votre soeur s’est enlisée dans une relation passionnelle destructrice ? Aujourd’hui, il existe une solution radicale, elle s’appelle Alex. Son métier : briseur de couple professionnel. Sa méthode : la séduction. Sa mission : transformer n’importe quel petit ami en ex. Mais Alex a une éthique, il ne s’attaque qu’aux couples dont la femme est malheureuse. Alors pourquoi accepter de briser un couple épanoui de riches trentenaires qui se marie dans une semaine ?

A l’affiche : Vanessa Paradis et Romain Duris. Le lieu : Monte-Carlo. Belles images, voitures luxueuses. Un film distribué par Universal Pictures International. Bref, un bizarre sentiment de film construit pour d’emblée séduire le marché international via une french touch assez fine.

Première surprise, le couple d’acteurs vedettes sont secondés par un couple qui va jouer le rôle (très savoureux) de contre-point comique : Julie Ferrier et François Damiens. Leur duo fonctionne à merveille, Julie Ferrier usant (voire abusant) de ses travestissements habituels, et François Damiens confirmant son rôle de belge déjanté déjà entr’aperçu dans Dikenekk.

Deuxième surprise : le film tient la route. C’est frais, c’est bourré de clins d’oeil (la danse de Vanessa et Romain sur Dirty Dancing vaut le détour), les seconds rôles (au premier chef Helena Noguerra, soeur de Lio, en nymphomane avérée) sont savoureux, ça pulse, les temps morts sont rares.

Au final, on ne perd pas de temps, on rigole, on sourit, et on passe un excellent moment avec cette équipe de pieds nickelés briseurs de couples. C’est une comédie romantique « à la française sauce US » (je déteste cette expression mais le baiser de fin sur fond de french riviera avec des vélos qui passent ne laisse aucun doute à ce sujet) taillé pour réussir en dehors de nos frontières.

Le petit plus : le doubleur officiel de Mel Gibson, Jacques Franz, qui joue le rôle du père de Vanessa Paradis. Un acteur malheureusement plus entendu que vu à l’écran.

Verdict : allez-y pour y passer un bon moment avec votre copain/ine.