chine

[La Pause de Midi] Joe le Taxi s’exporte en Asie

Il doit y avoir une mode (imperceptible chez nous) de la reprise en Asie des chansons françaises. Après l’exceptionnel Nuit de folie reprise par des coréennes en phonétique dans le texte, voici un Joe le Taxi de très belle facture, rehaussé d’un BPM bass boost des plus réussi. Un must.

Abeline, encore merci au firmament de l’improbable.

Point fort : le look gothique lolita en totale inadéquation.


Hadopi, l’arbre qui cache la foret ? [HADOPI]

L’idée de ce billet vient de deux sources: STEAL THIS FILM II et un billet de Jean-Michel Planche (l’inénarrable Jean-Michel Planche)

Hadopi et le débat sur la propriété intellectuelle ne sont ils pas des miroirs aux alouettes ?

Le débat à l’assemblée nationale est en tout point risible: une gauche qui maitrise son dossier et peine à se faire entendre, une droite qui visiblement ne le maitrise pas ou peu mais surtout un hémicycle vide. Combien de lois ont été votées dans ces circonstances ? Inflation législative et surtout des textes de plus en plus mauvais !

Le débat hors de l’assemblée est encore plus drôle …. Entre un Pascal Negre qui défend une vision passéiste et un Laurent Petitgerard qui prône une approche pragmatique capitalistique … on peut se poser des questions sur ce qu’est la culture, le savoir, l’artistique ….

L’argent roi est passé par là.

Jean-Michel Planche le stigmatise bien dans son article : « Les pseudo débats, reprennent aujourd’hui et les acteurs remontent sur scène pour nous jouer l’acte final et continuer de faire semblant

Jean-Michel passe au cap supérieur pour écrire que « L’Hadopi était un échauffement … pour rire, tant le sujet est passionnel et économiquement / politiquement / stratégiquement très limité ».

En résumé, l’Hadopi n’aurait été là que pour tester l’opinion sur des sujets dont l’enjeu sont bien plus important : filtrage du net (LOPPSI), mercantilisassions de l’internet, disparition du participatif, le web 3.0 sera celui du minitel et du kiosque.

Tout en partageant certains des arguments de Jean-Michel Planche, je reste plus optimiste (et pourtant ce n’est pas mon genre). Il est possible que la liberté d’expression française soit morte sur le net mais elle n’est pas morte à l’étranger. Par exemple, l’Inde, qui pèse de plus en plus dans le commerce mondiale et sur la toile, n’a pas la même notion de la propriété intellectuelle que la France. Il en va de même de nombreux de nos voisins européens.

Peut être que ce WEB policé nous fera revivre les grandes heures de l’imprimerie (à cet égard Steal This Film est édifiant). Mais l’Internet ne pourra pas se flétrir : les newsgroups ne sont presque pas filtrables, l’hébergement « subversif » à l’étranger existe et existera. Les VPN fleurissent. Les Web français se dessine comme un Web chinois qui ont le sais est une « passoire ».

Plus inquiétant que le filtrage du net …. Le filtrage de nos vies dans le monde non numérique. ET là, il est permis d’être un peu plus pessimiste.