canal+

Daft Punk Unchained : « Les Daft Punk veulent donner du bonheur au gens »

Daft-Punk-Unchained-2_credit-obligatoire-DJ-Falcon

J’ai été invité lundi soir par Canal+ et NoSite a une rencontre en cercle très restreint avec quelques protagonistes anglais et français d’un documentaire exceptionnel : Daft Punk Unchained.

Daft Punk Unchained – réalisé par Hervé Martin Delpierre et co-écrit avec Marina Rozenman – est le seul documentaire indépendant existant sur l’un des plus mythique groupe d’électro mondial produit par BBC Worldwide France avec le soutien de Canal+, premier diffuseur au monde de ce film le mercredi 24 juin à 20h50.

Un résultat à l’image du groupe

Moi, le fan absolu des Daft, était aux anges. Car le résultat est soigné et à la hauteur de la légende du groupe, avec de très nombreuses anecdotes et rappels des faits marquant leur carrière.

Un regret, qui impacte l’ensemble de l’œuvre : le manque d’images vraiment inédites (il y en a quelques unes, mais trop rares, comme leurs débuts dans le groupe de rock Darlin’), intrinsèquement liées au fait que les Daft Punk n’ont pas apporté leur concours à ce documentaire. Ce qui rend finalement le résultat passionnant mais manquant parfois de révélations, d’aspérités, voire d’irrévérence. Ce à quoi certains nous objecterons : si les Daft Punk cultivent le mystère et contrôlent maladivement leur image, la musique – elle – est leur moyen d’expression et de sortir des normes.

DaftPunk1997_08

La question qui dérange

Je pose la question juste après la projection : « Est-ce que le fait que Thomas Bangalter soit le fils de Daniel Vangarde – célèbre producteur des années 70 – et donc soit à l’abri relatif du besoin, a été un des éléments de leur succès ? » Car quand on n’a pas le soucis de devoir manger tous les jours, ça aide à se focaliser sur autre chose, et ce n’est aucunement une mauvaise chose en soi. Silence. Je sens que la question dérange.

Hervé Martin répond en biaisant : « Ce n’est pas une question de riche ou de pauvre. Pour réussir il faut avant tout travailler, travailler, travailler. Le talent arrive ensuite. ». Daniel Dauxerre, ancien manager de Darlin’, ose sortir du cadre : « Chacun a un moteur issu de sa histoire personnelle. Il est certain que Thomas veut surpasser le père. ». On n’en saura pas plus, mais je réalise que le lien entre l’argent et l’artistique vient toujours mettre mal à l’aise. Uniquement en France ?

Hervé Martin Delpierre révèle la motivation secrète des Daft Punk

Entre fiction et réalité, magie et secrets, théâtralité et humilité, les deux Français Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ont donc créé un univers artistique unique. Tout au long de leur carrière, ils ont choisi de maîtriser sans relâche chaque maillon de leur chaîne créative. C’est le point principal – déjà connu – qui ressort : leur goût quasi maladif pour la perfection.

Je le répète, ce film est unique, et il a été réalisé avec honnêteté et application. Mais pourquoi est ce que cela n’a pas été fait avant ? Quel est le moteur secret de ce groupe mythique ? A-t-il vraiment été facile d’avoir des témoignages ? Hervé Martin Delpierre, le réalisateur, a accepté de lever le voile sur les coulisses de Daft Punk Enchained.


Infiltrez en avant-première le Bureau des Légendes de Canal+

Le Bureau des Légendes

C’est ce soir que Canal+ lève le voile sur le « Bureau des Légendes », sa nouvelle création originale avec Mathieu Kassovitz et Eric Rochant en showrunner.

Le Bureau des Légendes, c’est un vrai service de la DGSE, qui envoie dans le monde entier des personnes s’infiltrer dans la population. Pour cela ils doivent apprendre une « légende », leur histoire personnelle, et la tenir de bout en bout jusqu’au jour où ils sont rappelés en France. A cet instant, leur légende disparait et leur identité avec. Mais parfois certains ont du mal a oublier leur ancienne vie, comme « Malotru » joué par Mathieu Kassovitz, mettant ainsi sa vie et celle d’autres agents en jeu…

L’envers du décor du Bureau des Légendes

A cette occasion, Canal+ a ouvert exceptionnellement les portes à quelques blogueurs (dont Stan&Dam bien sur) pour découvrir l’envers du décor de cette nouvelle série.

Visite guidée des bureaux de la DGSE en vidéo et en photos dans les studios de la cité du cinéma à St Denis (avec un super kif : prendre la place de Kasso à son bureau ;-)) :


Et sinon, faut-il regarder la série ?

Nous avons visionné les deux premiers épisodes de la série. Pour les habitués de Rochant (qui avait déjà traité le thème de l’espionnage au cinéma dans Les Patriotes et Möbius), on reconnait immédiatement son style très réaliste. Ici, pas de super héros, de cascade ou d’effets spéciaux : c’est du pragmatique, du réel, de l’humain.

C’est d’ailleurs ce qui peut rebuter de prime abord : ne vous arrêtez pas au premier épisode (Canal+ les diffuse par paquet de deux chaque semaine) qui est assez lent. Il pose le décor et les personnages avec minutie, pour ensuite accélérer et vous laisser sur un excellent cliffhanger dès l’épisode 2.

Écrit « à l’américaine » par un pool de scénaristes dont le bureau est juste au-dessus des studios de tournage (malgré mon instance, impossible de voir la salle de travail où se rédige déjà la saison 2), la série est agréable à regarder et dessine des méandres scénaristiques intéressants.

Un seul bémol : je n’ai pas été, sur les deux épisodes que j’ai vu, convaincu par Léa Drucker dans son rôle de médecin. Les autres rôles sont parfaitement castés.

Le Bureau des Légendes, c’est de ce soir 27 avril sur Canal+.

Merci à NoSite pour l’excellente organisation de cet évènement.

[La Pause de Midi] Analyse d’un grand moment de solitude

Se prendre un mur, un rateau, une claque, bref un bide, ça arrive. Plus délicat, quand c’est en ligne, et que c’est rediffusé sur Canal + !

Analyse d’un grand moment de solitude qui nous est tous arrivé un jour.


Le buzz du Ministre : la dérision du buzz à tout prix

Une vidéo mystère postée par Vanksen… Une manière de tourner en dérision l’omniprésence dans les demandes clients de « buzz », de « vidéos virales » tout en ayant un max de « billets blogueurs » pour optimiser le « ROI » ?

Ce sont les acteurs d’Action Discrète qui sont aux commandes 🙂


Les Guignols ont 20 ans [SOUVENIRS]

Je me souviens particulièrement bien de la première des « Guignols », qui ne s’appelaient pas encore comme ça à l’époque. C’était dans Nulle Part Ailleurs, juste parès l’arrêt des Nuls et de leur JTN.

Débuts laborieux, pas franchement drôles. Yves Lecoq cherche encore la voix de PPD, le rythme manque. Il faudra la détermination de l’équipe et d’Alain de Greef, patron des programes à l’époque, pour finalement en faire un succès.

Car en face, le « Bébête Show » ricane. Mais la moquerie n’aura qu’un temps : une fois l’équipe d’auteur « idéale  » trouvée (Bruno Gaccio, Jean-François Halin et Benoit « Michaël Keul » Delépine, une dream team qui finira presque fâchée), c’est guerre de le Golfe première du nom qui va sortir définitivement de l’eau les têtes de latex de Canal. En face, l’humour vieillit, essaye de se renouveller, en vain. C’est parti pour le succès dont on fête les 20 ans lundi 16 mars au soir sur Canal + !

J’ai été accro aux Guignols. maintenant je les regarde moins, question de temps, voire de génération peut-être… Leur humour est moins corrosif, moins percutant ? Habitude ? Peut-être. Pourtant je me surprend à prononcer banalement certaines phrases de leur cru comme « pile poil », « mangez des pommes », « il vous en prie » : comme quoi, leur impact sur mon subconscient est plus fort que je ne crois !

Allez, pour leurs 20 ans ils se sont fait plaisir : un making-off de 20 minutes, une soirée de rétrospective avec un PPDA pour de vrai aux commandes, et des affiches de personnalités à jamais guignolisées par une phrase culte. A noter que celles de Bayrou, Sarkozy, Bruni et Virenque ont finalement fini à la poubelle…

Bon anniversaire les Guignols !

PS : une interview des concepteurs de la campagne par notre ami PPC.


TV – Canal+ titille Orange

Ça se passe de commentaires non ? 🙂

La rentrée va promettre une bonne baston (à lire sur 20 minutes)


Cette vidéo est proposée par Action Discrete et du coup on comprend mieux non ?