bande annonce

[La Pause de midi] La Bifle : la bande-annonce

Je pense que désormais les choses sont claires. Ca va faire mal.


« Java 4 ever », un drame poignant pour geeks

Voilà une bande-annonce très chiadée pour un film fantasmatique, j’avoue rester scotché sur la qualité de la réalisation…

« Un vibrant hymne à la liberté numérique » Stan&Dam


Séquence ciné du week-end : « Lesbian Vampire Killers »

Il paraitrait que ce n’est pas un nanars mais plus un film parodique et « slasher movie »… Sortie le 22 juillet.

Jimmy Maclaren et son ami Fletch profitent de leurs vacances dans la campagne anglaise, quand ils se retrouvent coincés dans un petit village reculé, où règne une terrible malédiction qui touche les femmes. Celles-ci se transforment toutes en vampires et rejoignent une secte de Vampires Lesbiennes. Jimmy et Fletch sont appelés à la rescousse par les hommes du village…


Les Ch’tis version thriller [CINEMA]

Après Mozinor, voici venir Vinza.

Vinza, c’est Vincent Ansieau, qui qui après avoir travaillé sur des long-métrages s’attaque à la vidéo. Et il nous montre qu’il est facile de recréer une atmosphère grâce à la magie du montage… et sans changer les dialogues !

Cas d’école avec la bande-annonce des Ch’tis, version thriller :

La personne aux deux personnes, bande-annonces alternatives

Je le dis tout de go : Nicolas&Bruno sont mes idoles, mes modèles quand à leur culte nanardesque des codes visuels des années 70-80. Je me passe en boucle les DVD du Message à caractère informatif, je me délecte de Restauratec, j’ai trouvé leur version du Bureau méritante, et j’ai bien sur accouru pour voir La personne aux deux personnes.

Le film a eu un succès d’estime en dessous de son réel potentiel, prouvant encore une fois qu’il est décidemment très difficile de passer de sketch sur petit écran à un fil de 90 min sur grand…

Mais là où Nicolas &Bruno sont exceptionnels, c’est leur capacité à capter l’air du temps et de détourner leurs propres productions. Exemple avec la bande-annonce de la Personne aux deux personnes, en trois versions qui prouvent qu’avec du montage et l’habllage qui va bien on peut faire dire ce qu’on veut à un film 😉