android

[vidéo] Huawei Ascend P7 : premières réactions à chaud

Huawei-Ascend-P7Stan&Dam, le plus vieux couple de Geeks de la blogosphère intergalactique, était hier au lancement mondial du nouveau vaisseau amiral de Huawei : le Ascend P7 (qui succède au P6, donc) (logique).

Un nom pas forcément sexy, mais auquel il ne faut pas se fier : ce nouveau smartphone est diablement beau et bien équipé.

Nous réalisons actuellement un test plus complet avec déballage (« unboxing ») de la bête que nous vous publierons sous peu. Mais pour le moment, notre retour à chaud en vidéo juste au sortir de la conférence de presse !


Avec Window Phone, Microsoft veut être le nouveau Think Different

Avec cette nouvelle pub pour le Nokia Lumia 920, Microsoft joue la carte du décalage et surtout réutilise des armes bien connues d’Apple : switchez !

Cette fois-ci, il n’y a pas un mais DEUX vilains : Samsung et Apple.

Mais tout reste à faire : d’après une étude de Kantar Worldpanel Comtech relayée par le JDN, Windows Phone progresse mais se heurte à Android et iOS…


Google Now sur iOS : Android continue d’envahir Apple

Google a un plan simple pour porter l’estocade à Apple : hacker iOS en l’infiltrant avec des apps compatibles avec son écosystème, et profiter de la rigidité d’Apple (qui reste cloitré chez lui) pour le prendre à revers avec ses propres armes.

Dernier avatar en date de cette guerre larvée : l’arrivée attendue (moi perso je l’attends grave) et plus que probable de Google Now, sorte de « tour de contrôle » qui va anticiper les besoins de l’utilisateur sur la base des informations qu’il a laissé chez Google, à commencer son agenda. Une sorte de Siri sous stéroïdes.

La vidéo ci-dessous, retirée très vite par Google mais récupérée par Engadget, montre un Google Now tournant sous iOS. Et, « coïncidence » : Google vient d’annoncer avoir racheté DNNResearch, société qui a développé un outil d’intelligence artificielle équivalent à l’assistant de la Pomme.

L’objectif de Google n’est pas de réduire iOS à une portion congrue, non. Son objectif est de déployer ses service DANS iOS en jouant sur les carences de celui-ci et là seule ouverture possible : les apps. De fait, elle gagne sur tous les tableaux et ramène le trafic à un point unique : sur ces serveurs. Utile pour monétiser ensuite l’ensemble.

Apple va-t-il réagir avec un « Siri v2 » puisant ses données dans iCloud et devant un itéracteur, et non un outil pseudo humanisé qui essaye de répondre uniquement quand on lui parle ?

Grrrr, Android commence sérieusement à me tendre les bras…

Un Minitel sous Android, ça existe !

Prenez une clé AllWinner A10 (architecture ARM Cortex-A8 cadencée à 1,2 Ghz, 1 Go de mémoire RAM, une puce WiFi n, 4 Go d’espace disque) et un écran de 9 pouces à cristaux liquides en 64 niveaux de gris.

Vous intégrez me tout à une carcasse de Minitel 10 Alcatel.

Et vous servez le tout. Perso, j’en veux un dans mon salon, là , de suite.


TomTom fait le robot !

Pour fêter son lancement sur Android, TomTom s’amuseet rend hommage au logo de l’OS.

Original.


Les raisons de croire à un mobile et OS Facebook pour 2013

C’est une rumeur en forme de serpent de mer qui ressurgit régulièrement. Dernière apparition en date : suite à l’entrée en bourse de Facebook. Une raison à cela : le rachat d’Instagram, et le lancement de plusieurs applications mobiles dédidées telles que Facebook Photo ou Facebook Pages.

Cette rumeur, c’est celle de l’arrivée de Facebook dans le mobile. Et si Facebook faisait son mobile ?

Rumeur folle ? A l’heure où Orange lance un SPV like sous le nom de Santa Diego, il est devenu assez facile de fabriquer son propre mobile, il y a suffisamment d’assembleur pour cela. Pour autant, je ne pense pas que Facebook proposera son propre mobile mais il travaillera avec des fabricants actuels pour proposer des mobiles estampillés « Facebook inside ».

La première alerte est venu du travail mené par la firme avec le français Gemalto afin d’intégrer des fonctions de communication avec la plate-forme sociale directement la carte SIM. L’avantage ? Permettre d’accéder à Facebook depuis n’importe quel téléphone, même le plus basique, sans connexion à l’Internet mobile ni abonnement à des services de données.

Puis est venu cette touche F – passée assez inaperçue – sur le HTC Chacha. Elle permettait d’accéder directement au réseau social, et de partager tout contenu depuis le téléphone.


Aujourd’hui, Facebook multiplie les applications mobiles, et des rumeurs de partenariat avec Apple pour apparaitre dans iOS 6 sont légion. Quant à HTC, il est régulièrement cité comme partenaire technologique pour créer un Facebook Phone.

Clairement, Facebook investit massivement le monde du mobile, et fait de la photo (et donc d’Instagram) son cheval de Troie à l’image de ce que fit Google avec YouTube.

Mais là où le bât blesse, c’est que les applications mobiles de la marque râment. La publicité n’est pas supportée. L’expérience utilisateur est mauvaise, et donc ralentit la part de Facebook via le mobile alors que le trafic en mobilité explose et passe devant celui de l’internet fixe. Et, de plus, la « philosophie » de Facebook est de créer un écosystème cohérent, sorte de réseau privatif au sein du web, avec ses applications et ses propres modes de publicité. Enfin, Facebook s’oriente de plus en plus vers une logique de plate-forme favorisant les conversations avec les marques.

Internet mobile India

De fait, tout comme on parle d’un rachat d’Opera pour créer un navigateur Facebook, il est logique de parler d’un téléphone Facebook qui permettrait au réseau social de maitriser entièrement de bout en bout son expérience utilisateur, et d’investir des marchés de croissance comme l’Inde ou la Chine, où le réseau est peu présent.

Le hardware serait une formalité. Le contrôle de la SIM est déjà en cours. Les applications (photo, messenger…) seraient intégrées au software pour une meilleure fluidité. Ces téléphones seraient équipés d’un navigateur internet pour garder une « ouverture » sur le monde mais le tout le reste renverrait vers la plate-forme sociale. Le carnet de contacts et le calendrier (dont les fameux « anniversaires »et évènements) serait automatiquement mis à jour. Les marques et les développeurs pourraient proposer leurs propres applications en utilisant le jeu d’API actuel. Enfin, la géolocalisation intégrée permettrait de proposer à la volée et en temps réel, sans besoin de déclaration volontaire, des offres commerciales et de savoir où se trouvent ses « amis ». Sans oublier la monétisation via des formats publicitaires adaptés.

En clair, plus qu’un téléphone, Facebook devrait proposer une sorte de système d’exploitation – un Facebook OS – à l’image de Chrome OS et d’Android. Cet OS serait proposé à une gamme de fabricants, les téléphones seraient très abordables en termes de prix, avec peu de mémoire de stockage en local pour baisser les coûts, et il suffirait de tout paramétrer en rentrant uniquement son identifiant et son mot de passe, comme sur Android.

La plate-forme Facebook deviendrait alors le lieu de stockage dans les nuages des données personnelles de ce téléphone, à l’image de iCloud d’Apple ou de Google.

Facebook mobile

Quelques artistes ont déjà réalisés des « esquisses » de ce que pourrait être ce Facebook phone (je préfère parler de Facebook OS). Assez convainquant pour imaginer les investisseurs qui viennent d’acheter des actions mettre la pression à Zuck pour qu’il aille plus loin dans la suprématie de son réseau social.

Rendez-vous en 2013 pour voir si ces prédictions étaient justes.

Roland Garros 2012: Nouvelle mouture de l’application mobile et tablette

C’est le 22 mai 2012 que Roland Garros va commencer.

Si vous voulez suivre en temps réel ce rendez-vous annuel des amoureux de la balle jaune sur fond ocre 😉 vous DEVEZ télécharger l’application mobile et tablette pour iOS et Android dans sa mouture 2012.

L’application permet de suivre les scores, les classements, les statistiques (on en reparlera), les tableaux et surtout les news et les vidéos du tournoi de la Porte d’Auteuil.

Mais c’est aussi les visites virtuelles en 3D, les flashs alertes (news, joueurs, etc …) et l’ouverture sur les réseaux sociaux que sont Twitter et Facebook. On me dit dans mon oreillette qu’il y aura aussi des jeux !

L’application, développée par Orange (et avec IBM qui s’occupe pour la FTT et le tournoi de la totalité du traitement de la donnée ; on en reparlera aussi), offre en mobilité le tournoi dans la poche (ou sous le bras parce qu’une tablette dans la poche ce n’est pas facile facile).

Roland_Garros_2012_iPhone_iPad_3.jpg

Sans compter sur iPad les petits jeux 3D bien addictif (je fais 27 max en niveau 3 pour les connaisseurs)

L’application Roland Garros 2012 est disponible gratuitement sur iPhone, iPad et Android.

Sentio UI – Une belle interface Android

Plutot convaincant l’essai

pour en savoir plus c’est ici