Stanalone

Sous le capot de Windows 8 (partie 2)

Windows 8 va « peut-être » embarquer des principes de fonctionnement lié à Singularity.

Singularity, c’est quoi au juste ?

Singularity (qu’est qu’une singularité ? lol) est un OS expérimental (chez Microsoft Research) qui part de zéro (en faisant table rase de ce qui forme Windows).

Il est intégralement écrit en code managé (Dans la terminologie Microsoft, managed code est un code qui s’exécute sous la gestion de la machine virtuelle CLR, ou d’une autre machine virtuelle. Ce terme est employé par opposition au unmanaged code (code non géré), qui est exécuté directement par le processeur. WIKIPEDIA). Il s’agit bien ici de faire « tourner » le bas nivaux de Windows sur une machine virtuelle (… Hyper-V)
De plus, Singularity est ecrit en C#. Il est donc plus facile à analyser. C’est aussi un moyen de tester et mettre en œuvre SIPs (software-isolated processes) qui est plus rapide que le schéma de protection hardware habituel.

En gros le fonctionnement de Singularity est le suivant : le code bas niveau des interruptions X86 (nos processeurs actuels) est écrit en C#. Il invoque le noyau lui-même ecrit en dans un dérivé de C# (pour l’exécution et le garbage collector). La couche d’abstraction d’avec le Hardware est écrite en C++ et tourne en mode sans échec (une grande nouveauté). Le pilote sont eux même écrit en dérivé de C#. Le noyau fonctionne sur une couche d’abstraction (comme de la virtualisation ?) et n’invoque jamais le bios ou le matériel directement.

Autre avantage, à côté de cet OS tout neuf il est possible de virtualiser par encapsulation win32 et d’être par la même totalement compatible avec l’architecture « legacy » (veille quoi) de Windows.

Midori est aussi un OS qui pourra se lancer sur plusieurs machines, en réseau ou nativement. Il est totalement compartimenté au niveau le plus intime: noyau et API.

Le couple Singularity / Midori n’est que de la recherche pure (comme le fut NT 1 l’ancêtre de NT 6.x c’est-à-dire Vista et Seven).
MAIS il a embranché vers Helios et Barrelfish (que nous verrons dans Sous le capot de Windows 8 – partie 3) qui  constituent des projets plus concret.
MAIS aussi parce Microsoft annonce l’intégration d’Hyper-V client (le système de virtualisation made in Redmond) dans Windows 8 en mode virtualiseur de deuxième niveau.
Est-ce un signe que Windows 8 amorce la voie de l’encapsulage par virtualisation du code Windows –Win32) historique ?

A suivre

 

 

Sous le capot de Windows 8 (partie 1)

Windows 8 repose sur les fondations de Windows 7 mais raffine encore l’approche MinWin de Microsoft.

Qu’est-ce que MinWin ?
MinWin est une version allégé du Core OS (noyau) de Windows. MinWin est déjà présent dans Vista SP1 et vise à se débarrasser des dépendances dans le noyau.

MinWin se compose:

  • Du noyau Core OS,
  • Du HAL (Hardware Abstraction Layer),
  • Du système de fichiers et des sous-systèmes réseau.
  • Il ne contient pas l’affichage puisque depuis Vista le pilote ecran est rejeté en mode utilisateur (mais toujours lié plus au moins au processus explorer.exe)

Comment développer MinWin ?
Il s’agit pour Microsoft de faire fonctionner un ordinateur avec le minimum. Microsoft vise à rediriger les dépendances vers kernelbase.dll sans faire appel à des composants dit supérieur et applicatif (qui n’ont donc rien à voir avec le noyau proprement dit).
Windows 8 raffine encore cette approche comparé à Windows 7 pour réduire encore le nombre de dépendance et de fichier non « nécessaires ».

Pourquoi  MinWin ?
MinWin provient de l’initiative sécurité. Microsoft tend :

–       à sécuriser Windows (la brique est plus petite et plus simple à maintenir). Elle offre une surface d’attaque bien plus faible.
–       à alléger l’OS et rendre son optimisation plus simple
–       à ajouter des fonctionnalités par composant dans une approche par objet dans l’OS (ce qui devrait faciliter l’évolution de l’interface démontré via Metro)
–       à proposer plus rapidement de nouvelle version de Windows
–       à mutualiser le code pour sortir plusieurs versions de Windows et de s’implanter sur les marchés mobiles et embarqué (le noyau est relativement léger et s’installe partout. La compatibilité ARM de Windows 8 en est une preuve.)
–       à mettre en œuvre la rêve de Microsoft « écrire une fois tourner partout ». J’écris mon code sans me soucier de la machine de destination.

A suivre

Windows 8 un futur brillant ?

Je ne sais pas vous mais je m’intéresse énormément à Windows 8 (je préfère largement le monde Windows à Mac OS et je préfère encore le monde iOS à Windows Phone 7).

Que savons-nous avant la BUILD de septembre 2011 (je n’aime pas trop parler actualité ici mais je vais traitre dans la suite de cet article d’éléments techniques connus).

Une nouvelle interface

Une vidéo vaut bien de long discours.

[There is a video that cannot be displayed in this feed. Visit the blog entry to see the video.]

 Cette interface « METRO » est très innovante dans le monde PC. C’est un héritage direct de Windows Phone 7.
C’est une interface en grille modulaire et colorée nommées « Tuiles ». Les Tuiles sont totalement interactives et cliquable ou touchable. Il s’agit bien là de LA nouveauté pour PC. Une interface nouvelle utilisable au doigt. Il y a un véritable changement de paradigme dans Windows.

Il est très important de comprendre que subsiste à côté (pas en dessous pas en dessus … je développerais un peu après) du bureau classique de Windows. Le bureau va évidemment être relifté. Il n’y a pour l’instant pas beaucoup d’information sur le menu démarrer, ni sur la barre des tâches mais il est certains, aujourd’hui, que le ruban d’office 2007/2010 fait son entré dans Windows 8.

Un exemple avec le navigateur de fichier. Personnellement, je suis un grand fan. Il devient possible de customiser le ruban d’action (comme on pouvait customiser XP) avec de gros picto très facilement reconnaissable (il est même possible de réduire la taille du ruban pour retrouver un explorateur qui ressemble à XP. Retour vers le futur ?)

C’est sur ce dernier élément que je vais insister. Beaucoup de site sont persuadés que l’arrivé de ce nouvel explorateur était une hérésie. Que Windows 8 est nul !
Eh bien non, c’est vraiment tout l’inverse.
Windows 8 c’est un noyau avec deux interfaces d’interaction le classique bureau qui évolue et Metro.

Il est important de comprendre que les outils classiques comme l’explorateur de fichier ne font pas parti du paradigme Metro. Metro se compose de tuiles et d’applications spécifiques dans la veine de ce qu’on peut trouver sur les mobiles Microsoft. Ces applications tuiles sont compatibles avec JavaScript (et surement d’autres outils mais il n’y a pas plus d’information pour le moment) et surtout il devrait être possible de faire tourner sous Windows 8 les applications Windows phone 7 !

Il est aussi important qu’il est possible de lancer les applications classiques comme office sous Metro. Gageons qu’à l’avenir (en tout cas je l’espère) les applications seront hybrides avec une interface classique et une interface Metro.

 

NAS un espace de stockage et de partage réseau sécurisé (Partie 2)

UN NAS PARTAGE LES DONNEES

Dans un précédent billet, je traitais de la mise en œuvre du NAS. Je parle ici de l’accès aux données du NAS.

Je vous expliquais que le NAS est un espace de stockage par agrégation de disque. Sur cet agrégat, il faut créer des « partage ». C’est à dire des dossiers spécialisés: photo, musique, livre, document …

Il est possible de partager les données du NAS par différent moyens.


Il faut distinguer les données utilisateurs (documents principalement) des données multimédias.

Pour les données utilisateurs:

–          L’accès peut se faire dans le LAN via un simple partage de dossier (norme SAMBA/ CIF). Il faut monter le partage réseau sous Windows ou Mac (Mac est un UNIX. Linux est un UNIX. Donc en parlant du MAC, je parle aussi de Linux). Le dossier est visible et le fichier se manipule ou s’ouvre comme un fichier sur le disque dur local.

–          Le Syno via un petit « add –on » (VPN Add-on ici) peut se servir de passerelle VPN. Le VPN est un tuyau sécurisé qui passe au travers d’Internet et vous permet d’avoir une IP du réseau local de destination. BREF, une fois le VPN monté, l’ordinateur est relié au NAS comme s’il était à côté du Syno. Le partage se fait alors comme si l’ordinateur était dans le LAN alors qu’il est à l’autre bout du monde.

–          L’accès peut encore se faire via le WEB de deux manières.
Soit via une interface web en Ajax dans le navigateur qui se transforme alors en navigateur de fichier.
Soit via le protocole Webdav qui transforme le navigateur de Windows ou de Mac OS pour donner accès à distance aux dossiers comme s’ils étaient locaux alors qu’en fait, il s’agit de site web.