Dossiers, analyses et tests

Les dossiers thématiques et la futurologie vu par S&D

Roland-Garros 2012 : les clés du match prédisent (presque) le vainqueur

Suite de notre visite en vidéo des coulisses technologiques de Roland-Garros, fied d’IBM depuis plus de 25 ans.

Episode 1 : le cloud computing monte au filet
Episode 2 : comment transformer les balles de tennis en statistiques

Episode 3 : l’analyse prédictive au service des futurs vainqueurs

En 2012, pour la première fois à Roland-Garros, IBM élabore les clés du match. Le système définit le style de jeu de chaque joueur en fonction de son adversaire selon l’historique des parties qu’ils ont déjà jouées à l’aide de l’analyse des 39 millions de points collectés depuis 7 ans lors des tournois du Grand Chelem. C’est de l’analyse prédictive.

Comment ça marche ?
– Avant chaque match, le système analyse et détermine quels critères clés devront être atteints par chacun pour maximiser ses chances de gagner en utilisant la technologie d’analyse prédictive (SPSS).
– Le système trie et sélectionne les 3 clés les plus pertinentes pour chaque joueur du match.
– Pendant le match, les clés sont mises à jour en temps réel en fonction des statistiques du match.

Visualisez en temps réel les clés du match sur le site officiel du tournoi rolandgarros.com, et suivez les explications de Fabrice Santoro et Claire Herrenschmidt en vidéo !


 

Roland-Garros 2012 : comment transformer les balles de tennis en statistiques

Suite de nos aventures dans les coulisses technologiques de Roland-Garros avec IBM qui nous a ouvert toutes les portes de sa batcave 🙂

Si vous avez raté le premier épisode, vous pouvez le lire ici.

Episode 2 : la vie des données

IBM propose des solutions métiers spécifique pour le tournoi :

–          Mesure de vitesse de la balle par radar

–          Un boîtier spécialisé qui permet de saisir à la volé (sans jeu de mot) les données du match

–          Tablette de saisie d’information statistique de match

IBM c’est surtout la transformation de la donnée pour la rendre intelligente. C’est là que l’outil SlamTracker (qui se base sur l’outil d’analyse Big Data SPSS) entre en jeu. Il permet de traiter et de comparer les statistiques et performance de chaque joueur : historique de matchs joués, statistique de joueurs comparables, caractéristiques de jeu.

Il en ressort trois clés de match personnelles que les joueurs doivent remplir pour prendre l’ascendant durant le match. Si aucun des trois critères n’est rempli pendant le match par un des joueurs, il va statistiquement (et souvent réellement) perdre le match.

Ce type de statistiques prédictives sont utilisés dans d’autres sports et aussi en matière médicale (prédiction et diagnostique par exemple)

Les données sont traitées, exploitées et diffusées dans le Cloud privé d’IBM … dont nous parlerons dans un prochain billet.

Pour tout comprendre en 3 minutes, notre vidéo !


 

Roland-Garros 2012 : le cloud computing monte au filet

Stan&Dam ont été les invités privilégiés d’IBM durant le tournoi de Roland-Garros 2012 : ils nous ont ouvert toutes leurs coulisses, et répondu à nos questions avec beaucoup de disponibilités.

Depuis plus de 25 ans, IBM est LE fournisseur technologique du tournoi français (tout comme celui des autres du Grand Chelem). Mais ça ne se sait pas assez. Vous savez pourquoi ? Parce que tout ce qu’il font est dématérialisé. Et pourtant, sans eux, pas de site web, de statistiques, de vitesse de balle au service, d’hébergement de données… Ils sont indispensables.

Episode 1 : le cloud computing (ou « infonuagique » comme disent les québécois)

IBM met en place pour le tournoi de la porte d’Auteuil trois data centers situés aux USA pour garantir souplesse (cloud élastique qui peut s’agrandir « on demand ») et robustesse (que ce soit aux attaques comme des problèmes techniques).

IBM livre un mode SaaS les applications pour le tournoi et l’infrastructure du site web rolandgarros.com.

A quoi tout cela sert-il ? Réponse dans cette infographie et dans cette vidéo !


C’est quoi le multi-écran ?

Je voulais rebondir sur le billet de Damien :
Sony se réinvente autour du multi-écrans

Je ne sais pas vous mais en ce moment je ne fais qu’entendre parler de multi-écrans. D’expérience entre mobile, tablette et TV.

Avant tout, j’ai pu enfin mettre des chiffres sur la tendance Smartphone Tablette :
2011 marque l’émergence forte des tablettes et Smartphones … reléguant le PC (Windows ou Mac) à une belle moitié de marché : un peu plus de 300 000 unité de PC vendu pour un cumulé de 350 000 Smartphones et 100 000 tablettes (Gartner & IDC) (les OS mobiles ont bien dépassé les OS « lourd »).

Les tablettes (enfin l’iPad) sont bien là et pour durer (l’arrivé de Windows 8 pouvant être un démultiplicateur important de cette tendance).

Ce que la tablette (et dans une moindre mesure les Smartphones) a fait émerger,  c’est bien le concept de multi-écrans et de convergence.
MAIS le multi-écrans ce n’est pas, mais alors pas, simple du tout :

Le multi-écrans c’est le HbbTV : c’est un écran dans l’écran (donc à mon sens du multi-écrans). Le  HbbTV permet aux chaînes de télévision de publier en plus et en accompagnement de leurs programmes télévisés, des contenus additionnels. Son principal atout, est de rendre le service interactif diffusé neutre par rapport à la marque du récepteur TV qui intègre ce standard (Wikipédia).

Le multi-écrans c’est la lecture de fichier (légale ou non) via une clé USB ou surtout le DLNA, voir le téléchargement-streaming à l’instar de la PS3 ou surtout d’iTunes Cloud. Pour se faire, il est possible d’utiliser un PC (Windows 7 Mediacenter avec en surcouche l’excellent Media Browser), un boitier dédié (Dune, Popcorn, Apple TV, etc…), une console de jeux (particulièrement la PS3).

Le multi-écrans c’est la possibilité de profiter de son contenu multimédia n’importe où (via son Wifi ou un autre Wifi ou la 3/4 G), n’importe quand (ordinateur fermé par exemple) avec n’importe quel support (sa propre TV en DLNA, une autre TV connecté chez soi, son portable, son mobile ou sa tablette).

Le multi-écrans c’est (et on en parle peu) l’information augmentée. Ce que propose par exemple Technicolor avec Media Echo. Avec une application sur tablette, je peux suivre un film : sur la TV le film, sur la tablette de l’information sur le film parfaitement synchronisée avec le contenu.

La notion de multi-écrans est, à mon sens, plurale (j’ai certainement oublié d’autres technologie et cas d’usage). Je ne sais donc pas ce que Sony veut proposer qu’Apple ne fait pas ou qu’un bon geek avec un NAS et du contenu pirate pourrait faire.

Ma réaction au « On refait le Mac » n°91 : iPad 3

Je suis en train de regarder On refait le mac : spécial iPad 3.

J’adore ce podcast et connaît pas mal voir bien le 4 intervenants habituels (@olivierfrigara @truemisterX @cingrand @rodrigo).

Et je voulais réagir (amicalement hein) avec ce que j’entends:

1° une résolution retina iPad ne sert a rien
Euh ouais mais non.
Déjà ce qu’on voit sur beaucoup de site, c’est que Retina, tenu à quelque centimètre, représente pour un iPad un écran autour de 2048 x 1 536.
Et comme par hasard, il semblerait après étude au microscope (de Mac Rumor) que la résolution de l’écran serait doublé.? Non, ce doublement ne permet pas d’avoir un DPI aussi important que celui de l’iPhone 4 mais on serait bien en présence d’un écran Très haute définition que je sens être appelé Retina pour iPad.
Et franchement pour les BD, ou les ebooks … ce serait top. Sans parler des jeux !
Je suis sinon assez d’accord avec les intervenants pour croire que l’iPad dans l’éducation c’est un pousse au crime (des gamins de 10 ans avec un iPad 3 … c’est je te casse la «gueule» puis je te vole ton précieux. En même temps, en tout cas pour les états unis, l’iPad peut être partiellement financé par l’état voir Microsoft)

2° la batterie
Ca reste une véritable inconnue. Que va faire Apple à ce sujet, on peut supputer que la batterie sera plus importante et qu’il y aura plus d’autonomie ? enfin avec le retina display for ipad …. ce n’est pas sur.

3° Siri
Mr X nous dit que l’iPad 3 devrait embarquer Siri parce que le composant de traitement du son sera enfin présent.
MAIS ce composant est déjà dans l’iPad 2 puisque l’inventeur de la technologie de pré-traitement du son a expliqué que son brevet était embarqué de le processeur A5 (qui équipe l’iPad 2 et l’iPhone 4S). Ce qui manque à mon sens à l’iPad 2 pour que Siri fonctionne pleinement c’est un 2ème micro d’annulation de bruit ambiant.
Est-ce que l’iPad 3 va l’embarquer ? Pas sur si je me fie au photo qui fuitent en ce moment sur le web.
Par contre ce qui est sur ce que vu le succès de l’iPhone 4S (en partie dû à Siri) … seul l’iPad 3 en bénéficiera si Siri doit apparaitre dessus.

4° Camera
la aussi on devrait voir un caméra 8 mpx a l’arrière mais on ne sait pas pour le moment sur la caméra frontale (qui gagnerait bien plus a être changée pour skype ou facetime).

5° Thunderbolt
Je suis entièrement d’accord aucun risque de le voir apparaître !

6° le prix
Je ne le vois pas bouger pour le haut de gamme …. un iPad 8′ moins cher ? possible
Voir un iPad 3 avec beaucoup plus de stockage et donc plus cher …nah. Pas pour le moment, parce que le stockage de 128Gig hors SSD n’est pas accessible même à des prix exagéré. J’attends donc du 16, 32, 64 Giga mais pas de 128 (malheureusement).

Voila ma réaction à l’excellent podcast On refait le mac  (si vous n’avez pas d’appli podcast iPhone / iPad je vous conseille le superbe downcast   … j’ai beaucoup cherché et je vous conseille très vivement cette app)

Test : voyage en Ford Mondeo

Ahhh les blogueurs, comme nous sommes bien traités par les marques (merci Ford)… Et dans ce cas ici présent, c’est un vrai plaisir que d’avoir eu la possibilité de piloter tout un week-end une Ford Mondeo dans son plus bel appârat. Je précise que je n’avais jamais conduit de Ford récente, excepté la Focus 1 Phase 1 de mes parents et que j’en gardais un bon souvenir.

Direction la côte normande et Deauville au volant de ce superbe vaisseau !

Première rencontre

La voiture est imposante, ça change de ma Smart Roadster. La ligne est fluide, le capot plongeant et les lignes tendues, qui font de cette grosse berline familiale une voiture sportive dans l’âme. Les phares avant empiétant sur les flancs confirment cette sensation de dynamisme.

De petits détails, comme les empiètements de portes signés Ford ou les petites grilles de flancs, très « Jaguar » dans l’esprit, soulignent le degré de finition de la voiture et se marient harmonieusement aux chromes encerclant les vitres.

Le « Kinetic Design » de Ford est ici très bien exploité, et marie lignes « en mouvement » avec une allure statutaire du plus bel effet. Bref, ça donne envie de la conduire. Dont acte.

Ford_Mondeo.jpg

Faisons connaissance

A l’intérieur, ce qui saute aux yeux c’est… le silence. Ceci est dû à un vinyle acoustique spécialement prévu à cet effet est installé entre deux couches de vitre du pare-brise pour atténuer le bruit. Et immédiatement, associé à cette quiétude, la qualité des matériaux utilisés. C’est noble, bien ajusté, le noir du cuir et des plastiques se mélangent élégamment avec le gris de la console et le chromé de certains boutons. Classe.

Les boutons et poignets de portes tombent sous la main, le pare-brise est large, la voiture lumineuse. Des petits détails facilitent la conduite, comme le système de détection anti-angle mort qui fait s’allumer un voyant orange dans le rétroviseur extérieur si danger. Un détecteur fait passer des feux de route aux feux de croisement dès que le système détecte un véhicule venant en sens inverse ou un niveau d’éclairage prédéfini. Inversement, le système détecte si la voie est libre avant de passer automatiquement en feux de route.

De nombreuses trappes permettent de ranger bouteilles, cartes… et de voyager l’esprit tranquille. Un capteur de qualité de l’air met automatiquement la climatisation bi-zone en mode recyclage lorsque la qualité de l’air se dégrade, et inversement lorsque la qualité de l’air s’améliore.

Electronique à tous les étages

Mais ce qui frappe immédiatement le Geek que je suis, c’est l’équipement électronique richement doté de la voiture. Certes, le système Sync n’est pas encore disponible en Europe mais le système de navigation SD PLUS s’y substitue plutôt bien.

Véritable bijou de la console centrale, ce système est le nec plus ultra en matière de navigation, de connectivité et de fonctionnalité grâce à l’écran tactile. Le GPS réagit à la vitesse de croisière en temps réel et aux dernières conditions de circulation pour offrir une estimation des temps d’arrivée et des informations sur le trajet plus précises. Ce système permet aussi de commander la radio, le téléphone (en bluetooth) et ainsi de récupérer son carnet d’adresse automatiquement, de passer des coups de fils et de lire de la musique. J’attendais de voir la compatibilité avec mon iPhone : parfaite, rien à redire.

En revanche, en termes d’ergonomie il y a des choses à revoir :  je dois avouer avoir passé bien 5 minutes à découvrir et comprendre comment certaines choses se commendaient. Idem pour la commande vocale qui permet de commander certaines fonctions de la console, je n’ai pas compris comment elle marchait. C’est un peu par hasard que je l’ai faite fonctionner.

Tout est commandable depuis le volant, afin de ne pas distraire le conducteur, au moyen de deux gros boutons très maniables : la musique, le limitateur de vitesse, le téléphone, le GPS… Un déport des informations essentielles est fait entre les deux cadrans du compteur de vitesse et du compte-tours, mentionnant au passage l’autonomie restante et si des portes sont restées ouvertes.

Ce qui m’a surpris : l’alerte de franchissement involontaire de ligne (AFIL, comme sur les Citroën). Activée par défaut, cette alerte tactile et visuelle s’enclenche lorsque le conducteur change de voie sans mettre le clignotant. Trois courtes vibrations sont envoyées à travers le volant et un témoin s’affiche sur le tableau de bord. Efficace.

Encore plus fort, le système d’alerte du conducteur. Il analyse en continu le niveau de vigilance du conducteur en évaluant la trajectoire et le comportement du véhicule. Lorsque le système détermine que l’attention du conducteur est inférieure à un certain niveau, le message « faites une pause » s’affiche sur le tableau de bord. S’il détecte une perte soudaine d’attention, telle qu’un franchissement de ligne, une alarme d’avertissement et des alertes visuelles supplémentaires avertissent le conducteur. J’ai testé ce dernier système en « faisant exprès » de perdre le contrôle : pas de faille, ça fonctionne.

Conduite

Au niveau conduite, c’est palace : la voiture est haute, donne une bonne visibilité de conduite, et la tenue de route est parfaite. Les suspensions ne sont pas trop dures, la direction juste, et la transmission PowerShift fait des merveilles : grâce à sa nouvelle transmission automatique à six rapports et double embrayage moderne, elle sélectionne habilement la vitesse suivante appropriée exactement au bon moment, pour des changements de rapport rapides sans perturber le flux de puissance.

Le moteur n’est pas en reste : l’injection directe, la suralimentation par turbo et le calage variable de la distribution sont de la partie. Puissance et reprises sont au rendez-vous.

Côté confort de conduite encore, un radar de recul s’enclenche dès que l’on passe la marche arrière, avec détection sonore des obstacles, caméra et aide au parking grâce à des « guides virtuels » sur le sol.

Verdict

22100€, c’est le prix minimum à mettre pour cette voiture qui est une « familiale plaisir ». Si j’ai été séduit par le confort de la voiture et son équipement haut de gamme, ma chérie a fortement apprécié la position de route, les réglages multiples et la facilité de conduite de la voiture, et ce malgré son gabarit. Facile à garer et à piloter, c’est avec regrets que je rendais les clés le lundi matin pour reprendre ma petite sportive deux places.

Suis-je pour autant dans la cible ? N’étant pas dans une recherche statutaire avec une famille (il y a de la place pour deux enfants facile), ce n’est pas la voiture à laquelle je penserais en premier. Mais cette excellente expérience de Ford pourrait m’orienter le moment venu vers une Focus.

La mutuelle générale … ce sont toujours des incapables !

Vous vous souvenez de mon petit billet de l’année dernière ?

La mutuelle générale, c’est genial LOL

mg

Eh bien le service de traitement des remboursements vient de frapper. Ce qui pouvait passer la première fois pour un disfonctionnement est visiblement LE mode de fonctionnement de cette lamentable mutuelle qui m’est imposée par mon employeur (non je ne peux pas en changer sinon je l’aurais fait depuis longtemps)

Allez,  je vous raconte.

Déjà la mutuelle a perdu mon document de télétransmission pour s’interconnecter avec la Sécurité Sociale. Depuis 1 an, je dois une fois que j’ai reçu mon relevé Sécurité Sociale renvoyer tous les papiers à la Mutuelle Générale.
Pratique. Finalement en déménagent sur Paris la Sécurité Sociale m’a renvoyé ce document. Comme quoi ça au moins ça fonctionne !

J’ai changé de lunette en juin dernier.
Je ne reçois plus de relever de la Sécurité Sociale puisque j’ai un compte Amely.

J’ai envoyé en août l’ensemble des papiers à l’adresse de ma mutuelle « adorée ». En octobre, toujours pas de remboursement, je m’en inquiète et les contacte :
«  ah oui mais vous savez le traitement est long » … tout ça tout ça.

mgongle

Novembre, toujours rien. J’ai eu quelqu’un de moins incompétent au téléphone qui m’a annoncé que la mutuelle avait changé d’adresse postale. SUPER. Aucune notification par courrier de ce changement, pas un mail non plus et rien sur l’intranet de ma société. Rock’n roll.
Mais heureusement, il y a une navette. J’ai appelé plusieurs fois par la suite en novembre et décembre pour qu’au final on m’annonce que mon courrier a été perdu. GENIAL, ce sont justes les originaux.

lecourrierdanslapoubellejaune

J’ai été obligé de retourner chez l’opticien pour faire rééditer la facture. Je n’ai pu que donner une impression Amely (forcement je ne reçois plus rien de la Sécurité Sociale).
Tout m’a été renvoyé parce qu’il manque les originaux.

Ce n’est pas là que j’ai craqué !

J’ai appelé la mutuelle qui m’a gentiment signifié que je pouvais renvoyer l’original de facture et une impression Amely. Elle le mettait dans mon dossier.
Comme j’avais entre temps d’autres frais médicaux ; j’en ai profité … j’ai fait une grande enveloppe.

Eh aujourd’hui, MIRACLE, tout est revenu par la poste (j’avoue c’est à ce moment que j’ai craqué).
« Y a pas les originaux optique » … et comme on est des gros abrutis à la mutuelle générale … on retourne tout le dossier (avec les autres frais médicaux avec les originaux). C’est vrai ce serait dommage de se fatiguer.

mgongle

BREF, ce soir je ne suis toujours pas remboursé de quelques frais médicaux que ce soit depuis juillet. Ça commence à faire cher non ?

Et si j’en venais au médiateur de la république ?
Vous en pensez quoi ?

J’attends aussi le commentaire du CM de la mutuelle générale. Copier coller d’il y a 1 an ?
Je n’ai décidément pas de chance avec eux ou je suis très très trop bête pour me faire rembourser.

Apple au top de sa forme

Apple par ci Apple par là, je vous imagine bien lassé de lire encore et encore sur Apple. (3x dans la même phrase tout de même).
Moi aussi, je suis las mais je dois avouer que j’avais envie de partager sur la publication des derniers chiffres Apple.

Un chiffre d’affaire de 46,33 milliards de dollars
Une bénéfice net de 13,06 milliards.

Un seul trimestre de chiffre d’affaire de l’iPhone (24,42 Milliard de dollars) représente celui de tout Microsoft (20,89 Milliard de dollars) ! Il faut se souvenir que Steve Ballmer ne donnait pas une chance à Apple sur ce marché et depuis Windows Mobile/Phone ne représente plus grand-chose (et personnellement j’espère beaucoup un succès avec Nokia).

Les ventes sont historiques:

37,04 millions d’iPhone (77 900 par jour)
15,43 millions d’iPad
5,198 millions Mac (dont 3,719 millions de portables)

Revenus par lignes de produits Apple (en milliards)

 

Cette avalanche de chiffre est impressionnante. Surtout qu’Apple était moribond, il y a 20 ans. Ce que montre plus ou moins cette courbe. 2009-2010 sont les années charnières du décollage d’Apple

Revenus globaux Apple

Le cash disponible dans les caisses représente la somme astronomique de 97,6 milliards de dollars.

Apple est devenu GROS très GROS. Ce qui est d’autant plus impressionnant c’est que la société continue de grossir alors que le secteur se contracte. Ce qui est facilement explicable …. Apple phagocyte le marché: de la musique, de la tablette (il n’y a pas selon Tim Cook, le PDG d’Apple, de concurrent à l’iPAd. Et j’ai un peu envie de dire que c’est vrai. Autant, il y a des concurrents à l’iPhone mais PAS à l’iPad. Ce dernier représente d’ailleurs plus dans la structure du chiffre d’affaire que la branche ordinateur Mac).

 Evolution des revenus d'Apple par gamme

 

(On voit bien sur cette courbe l’importance grandissante de l’iPad. Perso, je suis sans voix)

Sur 2011, Apple a vendu plus de iDevice que depuis le début de l’iPhone en 2007.
Il y a 44 millions d’iPad activé depuis son introduction en 2010.
140 MILLIONS d’applications ont été vendu sur iTunes !

Ce qui est encore plus fort, c’est la constance d’Apple. A cette taille de part de marché et de chiffre d’affaire, il devient très difficile de simplement maintenir sa position. Apple fait mieux, là encore: 2010, 71% de croissance, 2011 73%.

Wall Street se « fanboyse » pour Apple. Toutes les prévisions sont dépassées (particulièrement sur le marché chinois avec des émeutes pour acquérir le dernier iPhone 4S). De plus, l’iPhone 5 pourrait apparaitre en juin (comme ce fut l’habitude sauf pour le 4S). L’iPad 3 avec un écran très haute résolution est attendu pour mars. Rien ne semble arrêter Apple et l’avenir semble encore radieux pour 2012.
Apple pourrait valoir 600$ par action avec un consensus entre 530 et 580. De la folie.

Moi je vous conseille de regarder l’action APPL et de prendre des optons dessus.