About Damien Douani

http://www.stanetdam.com

Posts by Damien Douani:

L’iPhone 5, un plus grand changement que prévu [vidéo]

L’iPhone 5 est une révolution plus grande que prévue. La preuve en images.

Je suis d’accord avec ce qui est dit dans cette vidéo, le scrolling c’est dépassé.

N’hésitons pas à voir grand avec le nouvel iPhone 5 😉

[youtube XNBP18nrRdw]

 

Comment obtenir l’iPhone 5 avant tout le monde ?

La question que tout le monde se pose : comment puis-je me la péter grave avec le nouvel iPhone 5 ?

La réponse en 30 secondes !

[dailymotion xtljo1_l-iphone-5-avant-tout-le-monde_tech nolink]

Orange a confié les clés du design à la jeune génération


Dans la lignée de la Paris Design Week, Orange a hier soir confié les « clés du design » à une jeune génération talentueuse et ambitieuse.

Direction le 104 pour une soirée autour d’un thème très cher à l’opérateur : « Comment mieux vivre chez soi grâce au numérique? » ou comment peut-on imaginer la maison connectée pour mieux vivre ensemble.

Parenthèse : j’adore ce type de soirée car elle me rappelle les projets sur lesquels je bossais chez Orange Labs à l’époque, réinterprétations du monde par le prisme d’artistes qui nous donnent une vision du monde à venir. Et surtout une anticipation de l’évolution des usages des technologies et des télécoms. C’est vraiment mon petit plaisir (ça doit titiller ma fibre créative déçue de ne pas être un designer).

En lice donc : cinq grandes écoles de design européennes et 58 étudiants des quatre coins du monde ont imaginé 37 projets (détails des projets sur le Collectif d’Orange) exploitant objets et écrans connectés, jugés par un jury de 16 professionnels du numérique, de l’Art, du design et du monde économique, le tout présidé par la designer italienne Carlotta de Bivelacqua.

Les projets gagnants qui ont remporté les honneurs et 4000€ chacun sont (roulement de tambour) :

–  Le « Coup de cœur du Jury » a été remis à Victor Johan sson de l’école Central St Martins College of Arts and Design de Londres pour son projet « Cloud of Things ».

Le prix « Usage » a été remis à Viviane Yazdani et Andrea Segato de la Nuova Accademia di Belle Arti de Milan pour leur projet Gustav, personnage qui nous connectent à nos voisins. 

Le prix « Vision » a été remis ex aequo à l’équipe de Simon Lauwerier, Jean-Pierre Hu, Adrian Borsoi, Sandrine Danho, Han Dinh de l’Institut Supérieur de Design de Valenciennes pour leur projet « Switch »( sorte d’hologramme ludique et familial) ainsi qu’à Szu-Wen Wang de l’école Central St Martins College pour « Blah Blah ».

Retrouvez les 37 projets qui ont participé au Lieu du Design, 74 rue du Faubourg Saint-Antoine (Paris 12e) tous les jours de 11 à 19h dès le 28/09 jusqu’au 19 octobre 2012.

Allez-y, vous allez rêver.

Le grand oral de Tim Cook pour l’iPhone 5

Tim, faut qu’on parle. Là, de suite. Et me fait pas le coup « je dois répéter ma Keynote de ce soir », si tu n’es pas prêt maintenant c’est plus la peine.

Te rate pas, Tim. Ce soir, tu vas prendre la place du mort « grand patron ». On va voir si tu as les épaules jusqu’au bout, toi qui a commencé par imprimer ton style dès ta prise de fonction : distribution de quelques dividendes histoire d’amadouer le board, changements de certains VP et nouvelles sorties qui n’ont pas vraiment déchainé les passions. Tu avais assuré, reconnaissons-le. Mais là, ça ne va pas suffire.

Je sais que tu as peur que le fantôme de Steve te vampirise. Mais il va falloir accepter de te dire qu’il sera toujours là pour les afficionados, et ne pas vouloir faire différent pour différent, histoire de faire croire que tu Think Different (tu me suis ?).

Bon, déjà, c’était quoi cette campagne de pub ratée avec les Genius ? Tu voulais mettre en avant la « valeur ajoutée service » du réseau d’Apple Store, tout le monde a compris qu’il fallait être aidé pour utiliser un Mac. Mais où es tu allé chercher ça ? Tu abandonnes Chiat\Day, LA société qui ta donné les plus belles campagnes de pub de l’histoire d’Apple et tu te plantes immédiatement ?

Et cette campagne de buzz à baldeux pour le nouvel iPhone 5 ? Mais d’où tu as vu qu’Apple laissait filer la quasi-intégralité des pièces détachées de sa dernière création histoire d’avoir une couverture média étouffant le Samsung S3 ? Je vais être clair : cette stratégie ne marche que si tu as une GROSSE surprise et une belle histoire à nous raconter sur ce dernier « précieux ». Car sinon on sait déjà tout ou presque. Et ce n’est pas une meilleure optique photo ou un écran in-cell qui va nous ravir, et je ne te parle pas de cet écran de 4 pouces dont tu es le dernier du marché à adopter le format pour d’excellentes raisons que tu as intérêt à nous donner de manière convaincante.

Dis moi que tu vas nous faire un one more thing au top, qu’il va bien y avoir du NFC avec une application qui dépote, que la prochaine gamme iPod va devenir un compagnon de l’iPhone comme tous ces montres que l’on voir fleurir actuellement, que cet iPhone préfigure bien la nouvelle pierre de la stratégie d’Apple vers l’écran TV connecté.

Bref, épate nous ! Montre nous que – par delà les specs de ton joujou – il y a toujours une VISION chez Apple. Car Samsung a commencé à démontrer que la Pomme prenait un coup de vieux avec son S3, sans compter Microsoft qui patiemment bétonne un excellent OS mobile qui a le mérite de se démarquer du reste du marché.

Je te préviens : si cet iPhone 5 est une mise à jour façon 4S de ton best-seller, ça va pas le faire du tout du tout.

PS : pour résumer ma vision du prochain iPhone et jouer (comme à chaque fois) au jeu des pronostics, voici la liste des nouveautés que je vois poindre :

  • écran in-cell 4 pouces
  • iOS 6 avec du facebook dedans
  • structure unibody verre et métal
  • compatibilité 4G LTE partout y compris l’Europe
  • nouveau système d’antenne
  • meilleure optique photo
  • processeur A6 1Go de RAM
  • nouveau connecteur « réversible » USB 3 ET thunderbolt (option payante :-))
  • bluetooth 4.0
  • nano SIM
  • et PAS de NFC 🙁
  • Sans oublier un nouvel iTunes et une gamme renouvelée iPod Touch (logique)

Habillez vos Mac et iPhone aux couleurs de la Keynote de l’iPhone 5

La Keynote de l’iPhone 5, c’est demain ! Comme toujours, Apple a choisi un habillage spécifique censé souligne la nouveauté principale. Cette fois-ci c’est cet arc-en-ciel qui souligne l’agrandissement vertical de l’écran en étirant les principales icônes de l’iPhone.

Il faut avouer que le résultat est assez beau. Et vous pouvez désormais mettre ce spectre chromatique en fond d’écran de votre iBidule ou de votre mac, avec ou sans la Pomme

Il suffit de télécharger ce fichier.

Merci qui ? 🙂

Steve Jobs rappe pour l’iPhone 5

Tu-Pac est revenu d’entre les morts en hologramme, alors pourquoi pas iPapy pour la Keynote de demain sur l’iPhone 5 ?

Voilà ce que cela pourrait donner!

[youtube GXr1kmuqGcU]

 

Essai de la Volkswagen Coccinelle Fender : plus Power que Flower

« 48 heures au volant de la nouvelle Coccinelle Fender, ça te tente ? »

« La nouvelle Beetle ? Ah oui ! »

« Teuteuteu… Coccinelle. C’est le nom de la nouvelle version en France désormais ».

« Ok, vas pour Coccinelle, ça en rajoute au retro-vintage 🙂 »

Me voici donc parti récupérer les clés d’une superbe bête à Bon Dieu noire série spéciale  Fender (l’un des haut de gamme), ce qui veut dire qu’au niveau puissance musicale ça pousse très fort entre les haut-parleurs de très bonne facture et le caisson de basse dans le coffre.

Côté puissance, il n’y a pas que dans les décibels que ça pousse : le système audio est harmonieusement accompagné du ronronnement des 200 chevaux du moteur. Mais vue l’insonorisation de la voiture, inutile de vouloir conduire à l’oreille ça se fera à l’aiguille (compte-tour et turbo-compression).

 

Moins Flower que Power

Première constatation en roulant : la bête intrigue. Au volant de celle-ci, les têtes se tournent, les regards dévisagent les lignes, reconnaissent une coccinelle mais se disent bien que quelque chose a changé.

AVANT

MAINTENANT

VW Coccinelle Fender_19

 

Effectivement, on est plus proche de la Coccinelle de rallye (comme dans le film éponyme) que de la version Woodstock : le power a remplacé le flower. Exit les lignes arrondies qui lui donnaient des airs de Bumbo, remisé le petit pot en plexi ornant le tableau de bord pour y mettre une marguerite peace & love, fini le tableau de bord sage avec son gros cadran de vitesse évoquant l’ancêtre des seventies.

Place au becquet intégré à la carrosserie, le noir mat et les chromes, les rétro-éclairages rouge des cadrans du tableau de bord, aux LED dans les phares, jantes sport. Le gros cadran de vitesse reste, mais il est désormais flanqué du compte-tour, de la jauge d’essence et d’une fenêtre synthétisant les informations émanant de l’ordinateur de bord.

 

VW Coccinelle Fender_3

VW Coccinelle Fender_4

VW Coccinelle Fender_9

VW Coccinelle Fender_10
VW Coccinelle Fender_14

La Cox se fait confort

Les finitions sont à l’avenant : certes cette série spéciale joue à fond le côté Rock’n Roll avec du carbone sur la planche de bord, mais les finitions globales sont excellentes : levier de vitesse bien dessiné, poignée inspiration 70s pour les passagers arrière, sièges baquets bien formés, ordinateur de bord complet (écran tactile, connexion bluetooth téléphone avec main-libre et commande au volant, radio, sources audios, pilotage d’un iPod ou iPhone, mais bizarrement pas de GPS), ABS, essuie-glaces à détection de pluie…

Le détail Geek : la connexion iPod/iPhone via un câble dans la boite à gants qui permet à la fois de profiter de la musique et de recharger le iBidule.

 

VW Coccinelle Fender_18

VW Coccinelle Fender_17

VW Coccinelle Fender_12

VW Coccinelle Fender_15

 

Le détail « je suis dans une voiture de mec » : les 3 cadrans centraux avec la température de l’huile (important pour savoir quand on peut enfin « pousser » le moteur), la puissance du turbo et… un chronomètre ?! histoire de se faire des départs-arrêtés dans votre pâté de maison.

VW Coccinelle Fender_2

 

La griffe Fender

Il fallait bien marquer le coup de cette nouvelle Cox : c’est le rôle du partenariat avec Fender, l’une des firmes les plus reconnues dans le monde sur le marché des instruments de musique très rock (guitares électriques, basses, acoustiques, amplis).

Ce modèle est acoustiquement équipé par la marque, des haut-parleurs au caisson de basse dans le coffre : 400 watts près à exploser les tympans ! Et, franchement, ça crache très fort sans saturer un instant. La preuve en images :

VW Coccinelle Fender_5

VW Coccinelle Fender_8

 

Bébête sous stéroïdes

Côté confort et plaisir de conduite, la nouvelle Coccinelle m’a fait penser par moment au comportement de certaines Audi : précision de pilotage et puissance. La voiture répond bien aux sollicitations avec d’excellentes reprises, la boite de vitesses mécanique est correctement étagée même si j’ai trouvé les vitesses 3-5 et 4-6 trop proches.

La tenue de route est parfaite, les ailes surdimensionnées de la voiture et son surbaissement jouant à plein. Seul reproche : la pédale d’embrayage, trop longue à mon goût.

Et puis il y a ces trois cadrans évoqués ci-avant qui trônent au centre de la planche de bord et tombent sous les yeux de tous les occupants, comme pour finir d’asseoir la virilité de cette Cox. Sans compter que cela permet vraiment de piloter au mieux la puissance de la voiture, de ne pas pousser trop à froid le moteur, ou de jouer sur le déclenchement du turbo.

Bon, j’avoue, le chrono c’est certainement pour se faire plaisir plus qu’être utile. Sauf à aller pousser les 200 chevaux de la bête sur circuit, ce que je n’ai pu faire par manque de temps.

 

VW Coccinelle Fender_11

 

Fin du concert

C’est – évidemment – à regrets que je rendais cette bombe le lundi matin, non sans avoir pris le temps de regarder son prix (22 290 € avec le 1.2 TSI 105 et 25 210 € avec le 1.6 TDI) et de commencera à trouver de bon arguments pour ma chérie et mon banquier.

En attendant, elle acceptait de me dévoiler ses formes une dernière fois dans un car-wash bien mérité avant de devoir lui rendre sa liberté. Cox will never die.

 

VW Coccinelle Fender_1

L’ensemble des photos est disponible sur le Flickr de Stan&Dam.

Expo : les montres Girard-Perregaud remontent le temps chez Christie’s

Invité vendredi soir en cercle très restreint (6 personnes maximum) pour Stan&Dam, l’amateur de belles montres que je suis a eu la chance de s’en mettre plein les yeux avec l’exposition Girard-Perregaux.

Girard-Perregaux, marque emblématique de la Haute Horlogerie suisse, a dévoilé, en avril dernier, le nouveau visage de la Tradition selon la manufacture en présentant de jeunes horlogers dans leur atelier, mais aussi dans leur vie privée.

La tournée de ces artisans a débuté à New York et s’est poursuivie à Pékin, en juin. La troisième étape du « Young Watchmakers Tour » s’arrêtera à Paris dans les salons de l’illustre maison de vente aux enchères Christie’s, au 9 avenue Matignon, du 29 août au 5 septembre 2012.

Conçue comme un voyage didactique au cœur des valeurs et de l’esprit de la maison, l’exposition retrace l’évolution de la mesure du temps en établissant un parallèle original entre des événements, des personnages et des courants artistiques majeurs de l’histoire mondiale, dans une scénographie originale. Une sélection de pièces d’exception de son musée ainsi que des créations plus contemporaines sont réunies, au point de faire dire qu’il s’agit sans doute de la plus grande collection de montres Girard-Perregaux jamais présentée en France. Ces visites sont commentées par Willy Schweizer, conservateur du musée de Girard-Perregaux.

Ce rendez-vous a été l’occasion de mettre en place des ateliers horlogers, durant toute la durée de l’exposition. Au programme, cinq ateliers par jour, de deux heures chacun. Le visiteur ayant réservé sa place sur le site [email protected] ou au 01 72 25 65 41 pourra se glisser dans la peau d’un horloger et s’inscrire à un atelier d’initiation au cours duquel il s’initiera à démonter et à remonter un mouvement mécanique Girard-Perregaux ou découvrira les techniques fondamentales du métier de la Haute Horlogerie. L’occasion de mieux comprendre la subtile association de savoir-faire artisanal, de technologie et de créativité que représente une montre.

Et justement, je me suis glissé l’espace d’une heure et demi dans la peau d’un horloger et j’ai testé pour vous la manipulation très délicate des roues crantées et autres ponts et rubis. Résultat : le niveau de concentration et de patience est tel qu’il n’est pas rare de s’attraper un mal de tête et de sortir « groggy » de la fascinante séance. A essayer si vous en avez la possibilité des places disponibles.

Voici une sélection de quelques photos toutes disponibles sur notre Flickr.

Girard Perregaux_12

Girard Perregaux_13

Girard Perregaux_7

Girard Perregaux_6

Girard Perregaux_3