About Damien Douani

http://www.stanetdam.com

Posts by Damien Douani:

Internet nous rend-il plus intelligents ?

C’est la question que se pose le 1er épisode d’une série de 10 films produite par Alt-Minds (dont nous parlons dans le plus grand bien depuis quelques jours sur Stan&Dam), la fiction totale imaginée par Eric Viennot pour Lexis Numérique et Orange.

Faut-il redéfinir la notion d’intelligence alors que nous sommes de plus en plus connectés au réseau ? Cette vidéo essaye d’y répondre.

[dailymotion xuxwn8_alt-minds-minidocs-01-10-internet-nous-rend-il-plus-intelligents_tech nolink]

 

Eric Viennot dévoile les secrets de Alt-Minds

C’est une interview vidéo exclusive que m’a consacré Eric Viennot, inventeur du célébrissime In Memoriam, précurseur des fictions transmédia, bref un grand monsieur 🙂

Il nous parle en toute liberté d’Alt-Minds, sa dernière création avec Orange, disponible depuis le 12 novembre sur tablette, smartphone et web.

  • Qu’est ce que Alt-Minds ?
  • Comment et combien de temps on met à écrire une telle histoire ?
  • Combien de gens ont travaillé dessus ?
  • Quelle est l’intrigue ?
  • Pourquoi le projet initial s’appelait-il twelve ?
  • Qu’apportent de nouveaux outils comme la tablette, les smartphones… à l’histoire ?

Voici ses réponses en vidéo :

 [youtube z9V2-ZbmX8U]

Tout comprendre à Alt-Minds, la « fiction totale »

[dailymotion xv0pjn_alt-minds-trailer-2-vf_videogames nolink]

J’ai eu l’occasion unique de découvrir en avant-première Alt-Minds fin septembre avec l’équipe de production, et d’en rediscuter avec eux lors de la Paris Games Week. J’ai été immédiatement séduit par l’innovation porté par ce jeu d’enquête multi-écrans. Je suis un fan d’ARG, rencontre magique entre les écritures audiovisuelles et ludiques.

En quelques chiffres, Alt-Minds c’est :

  • 1 année de documentation et de recherche
  • 4 années de conception & de production
  • Un scénario qui se déploie dans 5 pays
  • Plus de 4 heures de vidéos dans le jeu
  • Une websérie de 10 épisodes x 7 minutes
  • Plus de 50 heures de jeu sur 8 semaines
  • De très nombreux outils d’analyse et d’investigation
  • 12 personnages principaux
  • Un lancement européen en 4 langues
  • De très nombreux partenariats éditoriaux

Toutes les réponses aux question sur ce superbe jeu sont ici dans une FAQ.

La structure de jeu

Alt-Minds se joue en 8 semaines et en temps réel (un jeu différé sera ensuite proposé), plutôt sur tablette (pour maximiser l’expérience immersive), et une webapp mobile gratuite permet de rester connecté à l’enquête et de participer à un jeu de géolocalisation lié à l’enquête (inscription obligatoire).

De plus, une websérie interactive et participative propose un autre regard sur l’enquête : 10 épisodes gratuits à découvrir sur le web.

La première semaine de jeu est gratuite, et chaque semaine supplémentaire coûte 2,99€. Vous pouvez acheter l’ensemble pour 15€, soit le prix d’un best-seller pour 80h de jeu : plutôt bon marché ! Une fois la première semaine passée, un rebondissement imprévu imposera une pause de deux semaines, le temps que ceux qui veulent rejoindre l’aventure s’immerge dans le jeu (il y a beaucoup beaucoup de contenus à absorber). L’enquête reprendra ensuite le samedi 1er décembre jusqu’au 18 janvier.

Une astuce donnée par Eric Viennot himself :

Pour ceux qui choisiront d’y jouer en temps réel, la plupart des missions arrivent en début de soirée. Vous avez toute la soirée ou même la nuit pour les faire, puisque la résolution n’est donnée que le lendemain. En général, cela ne vous demandera pas plus d’une demi-heure. Mais, encore une fois, vous pourrez préférer jouer à votre rythme. Le temps réel apporte davantage d’immersion et certains contenus exclusifs, le différé permet de jouer à son rythme, comme dans n’importe quel autre jeu d’aventure ou d’enquête.

Une aventure inespérée

Il est presque inespéré de voir des acteurs français comme Lexis Numérique ou Orange se lancer dans une telle aventure, proche de la R&D audiovisuelle.

La présence de l’opérateur téléphonique peut d’ailleurs paraitre incongrue : pour moi, elle précède simplement une évolution à venir des marchés et de la production audiovisuelle, où les écrans se mêleront sans distinction d’origine. Smartphone ? Tablette ? Télé ? Ordinateur ? Dans quelques années, la question n’aura plus aucun sens, et c’estce que ce type de production anticipe et révèle.

Bravo à eux d’oser le risque, d’autant plus que les modèles économiques de ces objets transmédia sont encore très flous (Détective Avenue, production précédente du TransmédiaLab d’Orange avait peiné sur ce point), et le choix de concevoir Alt-Minds comme une expérience jouable en direct et en replay, tournée en anglais pour être exportée dans le monde, avec un principe d’achat à l’épisode comme une série TV est très astucieux.

Je souhaite réellement que l’aventure soit un succès, tant ludique que commercial, afin que cela ne décourage pas à développer d’autres versions… comme une saison 2.

Pour jouer, c’est par ici :

Pour en savoir plus sur Alt-Minds ou pour démarrer le jeu c’est ici, l’appli Ipad est disponible ici et l’appli Android ici.

Ne me cherchez pas, je suis déjà en train de coller des indices sur le mur de mon salon et de les relier avec un fil de laine comme dans les Experts.

[La Pause de midi] Les robots savent aussi danser le Gangnam Style

On aura remarqué une certaine raideur du bassin, mais c’est un bon début pour le Gangnam Style.

Manque plus que les animaux de cirque et on sera au complet.

[youtube kmeJvkN4ntI]

Test du FitBit Ultra. Et en plus on vous en offre un ! [MAJ de Stan]

Mangez Bougez !

Vous connaissez le FitBit ? C’est un petit objet (un « dongle » aiment à dire les Geeks) (c’est donc ce que je dis) (ben oui je suis un Geek) que l’on met à la ceinture et qui permet de monitorer (= surveiller et mesurer) son activité physique.

J’ai découvert cela récemment, dans la tendance des « Quantified Self  » et autres méthodes pour prendre le pouls de sa santé. Le FitBit est un objet communiquant nouvelle génération, qui va mesurer puis se synchroniser avec son compte personnel pour suivre au jour le jour ses avancées : en ce sens, c’est un compagnon de santé.

Explication en 3 étapes et 5 fruits et légumes par jour.

1 : Je mesure

J’accroche le FitBit à ma ceinture, je le mets en marche (en ayant préalablement créé un compte) et c’est parti. L’appareil, très discret, va mesurer sans bruit le nombre de pas que je fais, le nombre d’escaliers gravis (via un altimètre intégré), et une estimation de calories perdues. Ce sont les informations que je peux suivre en direct sur le petit écran.

Une fois rentré chez moi, je le connecte via une base USB (la prochaine version intègrera le bluetooth pour s’interconnecter à plusieurs appareils) et le système récupère d’autres informations qui vont venir nourrir mon tableau de bord personnel :

Au menu, plein de statistiques sur les distances parcourues, des histogrammes temporels, un décompte de calories (un peu à l’image de Weight Watchers), bref tout ce qu’il faut pour savoir « où » l’on en est.

Dernier raffinement : la mesure de la qualité du sommeil. J’ai testé plusieurs nuits, le FitBit attaché à mon poignet via un bracelet spécial fourni, et j’avoue avoir été bluffé par les courbes de sommeil mesurées. Bon, après, vous allez me dire « je suis au courant que j’ai passé une mauvaise nuit ». Mais au moins là vous saurez à quelle heure c’était le pire 😉

2 : Je m’engage

Le principe principal du système réside dans l’atteinte d’objectifs personnels que l’on se fixe soit même, et que le service va lui-même vous suggérer aussi via l’interface de votre compte.

Pour cela, toujours dans son tableau de bord, des barres de progression permettent de suivre l’avancée de ses progrès dans le temps. Un bon moyen de maintenir la motivation !

Il est aussi possible de suivre son poids, la consommation de calories en entrant les plats mangés, rajouter une activité…

Ce principe ludique est censé maintenir la motivation et donner envie d’aller plus loin. C’est une logique de gamification. Dans mon cas, j’avoue avoir changé mes habitudes pour prendre plus souvent les escaliers, et ainsi voir ma courbe d’étages progresser.

3 : Je partage

J’avoue ne pas être allé jusque là, car j’ai beau aimer partager plein de choses sur les réseaux, je n’y suis pas encore prêt concernant ma santé. Et ce n’est pas une obligation, juste une option.

Stan en revanche partage tous les matin ses résultats FitBit sur Facebook. Cela a certainement du sens dans le temps, afin de montrer une logique de progression au regard de sa communauté, d’aucuns appellent « pression sociale positive » (je demande à voir…).

Cela passe par de la publication sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook au premier chef), la comparaison de progression et surtout par l’attribution de médailles en chocolat badges qui sont censés rendre compte de votre progression personnelle.

 

Et ça marche ?

Techniquement, oui. Sauf parfois quelques mesures un peu fantaisistes du nombre d’escaliers gravis ! La question se pose plutôt sous l’angle : « est ce que cela vous aide ? ».

La question de la mesure à tout crin de tout ce que l’on fait peut-être vécu pour certains comme une aide à la motivation afin d’atteindre des objectifs précis, pour d’autres comme une contrainte du résultat. A ces derniers, je conseille fortement de ne pas acheter un FitBit.

En revanche, pour les premiers le FitBit est une très bonne « boussole » personnelle et un moyen de mesurer sa performance et de la partager avec sa communauté pour créer une émulation (à l’image des coureurs ou des cyclistes). Donc pour eux, allez-y sans hésiter !

Ce n’est donc pas un objet miracle mais un outil que vous devez intégrer dans votre philosophie personnelle de la remise en forme et de l’entretien de soi.

Envie d’essayer ? Gagnez en un !

Stan&Dam en ont un à vous faire gagner ! Pour cela c’est très simple :  répondez dans les commentaires à la question « A quoi allez vous utiliser votre FitBit si vous le gagnez ? ».

Toutes les réponses, même les plus folles, sont les bienvenues 🙂 Et nous tirerons au sort parmi les réponses.

Date limite de jeu : dimanche 14 octobre minuit !

[MAJ de Stan]

Je suis l’heureux utilisateur d »un FitBit (import) depuis presque 1 an. J’adore. Je suis assez d’accord avec Damien sur le coté un peu fantaisiste pour le décompte des marches d’escalier. Deux nouveaux modèles sont sortis qui permettent la synchro directement avec iPhone/iPad. Je trouve que cette fonction manquait cruellement. Il en manque une dernière pour que le FitBit soit parfait … une fonction de réveil calé sur le rythme de sommeil comme le (feu) Wakemate. Peut être dans une V3 ?

[Concours] Ce qu’il faut voir au Mondial de l’Automobile 2012. Gagnez vos places !

 

Le Mondial de l’Automobile c’est jusqu’à ce week-end à Paris, parc des expositions de la Porte de Versailles.

Stan&Dam y sont allé y faire un petit tour, amoureux des belles mécaniques et du design comme ils sont. Voici leurs coups de coeur en photos (l’intégralité est ici) !

Et comme vous avez été bien sages, ils vous font gagner 4 places (1 chacun) pour y aller ce week-end ! Pour le concours, c’est en bas de l’article que cela se passe.

 

Volkswagen

Mondial_Auto_2012_2

Mondial_Auto_2012_1

La STAR du stand Volkswagen, c’est la nouvelle Golf, 7e du nom. La Golf, tout comme la nouvelle Cox (testée par Stan&Dam), se lifte en retendant ses lignes et souligne son caractère offensif.

Au programme de la nouvelle descendante : des lignes plus acérées, un capot plongeant souligné par deux nervures de part et d’autre (une première dans le style de la Golf), un style plus affirmé flattant le père de famille  mais aussi le jeune couple. J’adore notamment le sous-lignage rouge des phares sur le GTI qui se fond avec le reste de la carrosserie…

Un modèle BlueMotion présente des performances exceptionnelles de sobriété : 85g de CO2 au km, 3,2l au 100.

Quant à l’intérieur, c’est du fini de haute qualité avec toute l’électronique embarquée et bien pensée qui va bien. Das Auto.

Pariss

Mondial_Auto_2012_3

Mondial_Auto_2012_5

Une des surprises du salon : un constructeur français va chasser sur les terres des anglaises (pour le côté « finition artisanale ») et de Tesla (pour la technologie électrique). La Pariss est une française haute performances 100% électrique d’une autonomie de 200 km. Elle se recharge sur une prise classique en 5 heures.

Côté finitions, ce sont des artisans qui prennent en charge les demandes de chaque client : vous voulez du bois ou du métal pour les poignées de portes et le tableau de bord ? Pas de problème. Dernier raffinement : afin de gagner du poids, c’est un iPad qui gère la majeure partie des fonctions de la voiture via des applications dédiées.

Citroën

Mondial_Auto_2012_21

Mondial_Auto_2012_20

Quand les démonstrateurs de la marque aux chevrons n’improvisent pas une danse (à ne pas manquer, c’est très sympa), ils posent à côté de la gamme DS. Au programme : une DS3 cabrio qui ne peut que faire penser à la la défunte Pluriel qui se serait embourgeoisée, mais surtout la « Numéro 9 » qui devrait préfigurer le haut de gamme de Citroën, notamment en Asie. 4m93 au garrot quand même.

A noter : Citroën met les réseaux sociaux à l’honneur via un « Social Wall » où tous les contenus taggés #CitroenShow sont exposés en temps réel.

Peugeot

Chez Peugeot, on essaye de faire contre mauvaise fortune bon coeur. Tandis que les plans sociaux s’enchainent, la marque au Lion exhibe un magnifique concept-car : la Cobalt. Le film qui l’accompagne est sublime, et démontre tout le savoir-faire de la marque en termes de design et de finition.

Mon principal problème est qu’il ne s’agit que d’une « étude de style » comme les marques en faisaient il y à quelques années. Désormais, les modèles « futuristes » sont proches de la commercialisation. Et on ne comprend pas, quand on voit une telle beauté, pourquoi elle ne devrait rester qu’au stade de l’ébauche de laboratoire 🙁

[youtube ug4auobYEn4]

Renault

Mondial_Auto_2012_17

Mondial_Auto_2012_18

Chez Renault, c’est la nouvelle Clio qui exhibe ses formes. Retour de la marque au Losange sur le territoire du design : la Clio IV, c’est beau et on le fait savoir, avec un grossissement non négligeable du logo museau. Je trouve extrêmement dommage de ne pas avoir mis la Dezir en avant sur le stand pour pouvoir se rendre compte de la filiation qu’il existe entre l’étude de style et ce modèle : les galbes de porte ou l’intégration des LED à l’avant sont identiques. Le modèle RS, tout de jaune vêtu, décolle la rétine.

Sinon, il y a ma chouchou la Twizy dans un coin du stand, pas assez mise en valeur à mon sens tout comme la Zoe : leur heure de gloire devrait arriver en 2014 avec le déploiement massif du programme ZE avec changement des batteries chez les concessionnaires.

BMW

Mondial_Auto_2012_13

BMW expose la i3, un concept 100% électrique à la surface vitrée latérale inhabituelle. Elle préfigure le modèle de série qui sera, pour BMW, une « nouvelle forme de déplacement urbain ».

La surprise vient de l’intérieur : il se distingue par la mise en œuvre visible de ressources naturelles, dont de l’eucalyptus européen. Le cuir de l’habitacle est tanné à l’aide d’un agent naturel dérivé de feuilles d’olivier. Les peaux en provenance d’Allemagne du sud sont donc non seulement un produit naturel, elles sont aussi produites pour un maximum de durabilité.

Mercedes

Mondial_Auto_2012_12

Mercedes est capable du meilleur… comme du moins bon. Aux côtés de superbes machines telles que la SLS AMG Coupé Electric Drive, la nouvelle Classe A ressemble à s’y méprendre à une Opel si vous cachez l’étoile avant. Je suis très dubitatif sur ce nouveau modèle, passé d’innovant (mini monospace) à d’une grande banalité.

Allianz

Il n’y a pas que les voitures au Mondial, il y a aussi tout ce qui va avec, comme les assurances. Passez voir ma copine  Karine Lazimi elle vous parlera réseaux sociaux 🙂

Gagnez vos places !

Passons aux choses sérieuses : tu as envie d’y aller, nous t’avons mis l’eau à la bouche ? Pas de problème, Stan&Dam peuvent envoyer 4 personnes sur place (merci Osmani).

Donc c’est simple : dans les commentaires merci d’indiquer le modèle de voiture dans lequel vous rouliez quand vous étiez enfant, et un petit souvenir associé. On choisira les meilleurs 🙂

A vous de jouer !

Lost Memories : quels souvenirs à l’ère du numérique ?

A l’heure du Cloud, des appareils numériques (photos et smartphone) captant la moindre parcelle de vie, et du partage tout azimut sur les réseaux sociaux, que faire de tout cela ? A quoi cela sert-il au final ?

Je ne suis pas fan du traitement photo de ce (très) court-métrage « Lost Memories », ni du pathos qu’il induit.

Mais il pose LA bonne question : s’avoir encore focaliser son attention sur ce qui en vaut vraiment la peine.

[vimeo 49425975]

TomTom fait le robot !

Pour fêter son lancement sur Android, TomTom s’amuseet rend hommage au logo de l’OS.

Original.

[youtube sj11BKR77wU]