[Vidéo exclusive] Les secrets du Social Hub d’Orange

Chers lecteurs assidus de Stan&Dam, vous rappelez-vous de ça ?

C’était en 2011 : Greenpeace dégommait Nestlé via les médias sociaux, et poussait le géant helvète à fermer ses pages Facebook noyées par les messages indignés et les réponses à côté de la plaque de la marque. Totalement non préparée à ce nouveau type d’activisme, Nestlé démontrait qu’elle n’était absolument pas préparée à suivre ce qui se racontait sur elle sur la Toile et construire une réponse adéquate très rapidement.

Développer la complicité sociale

Depuis, certaines marques comme Oreo (ou Nestlé, justement) on décidé de s’équiper en « social newsroom » : dans une pièce dédiée cohabitent analystes, community manager, graphistes (pour pouvoir créer rapidement des contenus), responsables de la marque, entourés d’écrans scrutant en temps réel tout ce qui se raconte sur la marque sur les réseaux sociaux.

Objectif : détecter des signaux faibles, contrer d’éventuels bad buzz, mais surtout écouter les conversations publiques et y répondre afin de créer de la proximité avec ses clients et prospects. La « complicité sociale » de la marque.

Orange lance son Social Hub

La « social newsroom » reste un outil développé par de grandes marques, surtout américaines. En France c’est Orange qui inaugure ce 17 mars au 12eme étage de son siège social le « Social Hub », un lieu d’écoute global de la marque et de conversation sur tous les médias sociaux.

Ce Social Hub se veut un lieu ouvert et surtout pas vitrine, pouvant accueillir membres de l’entreprise, journalistes, blogueurs… pour démontrer la force des conversations dans une stratégie de marque. C’est l’occasion pour la marque de se doter d’un outil polyvalent – qui pourrait à terme essaimer dans d’autres entités du groupe – et de montrer concrètement à tous ceux pour qui les médias sociaux restent flous « à quoi cela sert ».

Visite de ce lieu tenu jusqu’à présent secret par la personne qui a initié le projet, Lionel Fumado.

Reprise progressive de l’image et du son

interruption+de+programme

Il ne vous aura pas échappé que Stan&Dam, après plus de 8 ans de bons et loyaux services, avaient fortement ralenti le rythme de publication.

Plein de raisons à cela… A commencer par le fait que tenir un blog depuis si longtemps, ça fatigue. Et ouais. Ça n’a l’air de rien, mais publier régulièrement, avoir envie de se mettre devant son ordi après une journée de boulot, trouver des idées, demande une grande rigueur qui s’émousse avec le temps.

Et puis tenir un blog à deux, c’est comme un vieux couple qui élève son enfant : on est pas toujours d’accord sur tout mais globalement sur l’essentiel, l’un a plus de temps que l’autre et vice-versa, on manque de temps pour réaliser toutes les idées qui nous viennent…

Mais l’envie est toujours là. Car nous sommes des indécrottables Geeks (et ce bien avant la mode liée à ce terme), car nous sommes des curieux, car nous aimons parler de nouveaux produits (mais pas que !). En 8 ans, beaucoup de choses ont changé en termes technologiques, et tout ce que nous avons croisé en chemin (notamment via nos tests vidéos humoristiques, précurseurs des futurs YouTubers) s’est bonifié dans le temps, soit à complètement disparu. Ca serait dommage de laisser mourir un blog qui a été témoin d’autant de choses, non ?

Il va donc y avoir une reprise progressive de l’image et du son. Nos 2472 articles sont bien sur toujours disponibles, et de nouveaux articles vont à nouveau venir irriguer notre ligne éditoriale improbable faite de geekeries diverses, de découvertes technologiques qui font saigner du nez, de gadgets inutiles donc rigoureusement indispensables, de critiques ciné et télé, de voyages blogueurs à la découverte de nouveautés fabuleuses… et puis, si l’envie nous en reprend (ou bien un chèque conséquent comme dirait Stan), des vidéos inédites de Stan&Dam :-)

 

Stan&Dam

Stan&Dam

[Veille de Stan] – These are the essential iPhone camera tricks used by pro photographers

The iPhone 6 can take stunning pictures, but that doesn’t mean the phone will do all the work for you.

En provenance direct de:
http://ift.tt/1DRLf8Y

Quand Robin Williams imitait Siri avec l’accent français

Stan&Dam sortent de leur torpeur estivale car une information les a beaucoup touché ce matin : la disparition de cet immense acteur qu’était Robin Williams.

Il a décidé d’aller faire rire dans le Cloud et de nous laisser seuls à notre pauvre sort face aux assuauts des illuminés de toutes sortes… Pas glop.

En repassant sa filmo en revue, nous sommes tombés sur cette interview qu’il avait donné chez Ellen de Generes fin 2011, où il imitait Siri alors qu’il était en vacances en France.

On vous laisse découvrir la suite, elle a fait pleure (de rire) les Geeks que nous sommes. Et nous console comme elle peut.

Ciao Capitaine Oh Capitaine. Tu nous manques déjà.


[Veille de Stan] – Une clef pour remplacer tous vos mots de passe web ?

Les mots de passe font partie de notre quotidien sur internet. Entre les comptes sociaux, les blogs et les abonnements divers, on se retrouve assez rapidement à cumuler plusieurs dizaines de codes différents.

En provenance direct de:
http://ift.tt/1oArCe8

Test de la canette d’Orangina Miss O qui permet de zapper le foot

Voici l’arme de destruction massive lancée par Orangina Miss O : la canette qui permet d’éteindre toute télévision qui se trouve dans un rayon de 5 mètres. Imaginez le massacre un soir de match de l’équipe de France !

Mais est ce que cela marche vraiment ? Comme d’hab, Stan&Dam s’y colle et voici le résultat :


Alors, certes, ça fait gueuler les filles pour la plupart qui y voient du « marketing genré » (j’ai appris un mot à l’occasion). Je vous laisse regarder les commentaires sur la page Facebook de madmoiZelle

Certes c’est plein de raccourcis (les filles ça aime pas le foot, ça boit light, et ça aime casser les c*****es aux garçons en les empêchant de regarder leur match bière à la main – tiens, encore un poncif), mais je trouve ça AMUSANT et décalé. Et bien conçu.

Essai du Citroën Grand C4 Picasso : le loft roulant des parents Geeks

Il y avait une époque où un slogan disait « la voiture que les enfants conseillent à leurs parents ». On va certainement pouvoir dire du nouveau Citroën Grand C4 « la voiture que les parents vont faire aimer à leurs enfants » tellement le confort et le plaisir d’être à bord sont omniprésents. Tout n’est pas tout d’une perfection absolue bien sur, mais c’est une belle surprise.

Et pour mieux m’en rendre compte, Citroën a eu la gentillesse et excellente idée de m’inviter en Bavière, en Allemagne, pour tester les qualités routières de la voiture dans les forêts humides et les autobahn sans limitation de vitesse.

Pour ceux qui ne veulent pas lire tout l’article en détails, voici la découverte dans son ensemble du nouveau Citroën Grand C4 avec Benjamin Demozay, chef de projet de ce superbe vaisseau. Pour les autres, suivez le guide juste ci-dessous !


A l’intérieur, au niveau place c’est palace

Récent papa d’une petite fille, je ne suis pas encore dans la cible de ce grand vaisseau qui peut accueillir jusqu’à 7 personnes sans mal. Mais cela pourrait venir 😉 Le véhicule se destine donc en priorité aux familles nombreuses ou aux groupes de potes qui veulent glisser des planches de surfs dans le coffre pour descendre sur la côté Basque. Si si, croyez moi, à la vue du volume de chargement utile de la voiture c’est l’idéal.

13K67JPG

Le secret, c’est en fait une double astuce : les « sièges portefeuilles » qui vont se plier en deux comme un sandwich pour donner accès aux extrêmes places arrières et surtout plaquer les sièges du deuxième rang contre ceux de devant, et ensuite les sièges du troisième rang qui vont s’escamoter dans le plancher arrière pour dégager un plancher quasiment plat. Pas facile à comprendre ? Voici une vidéo des finitions et modularité intérieures faite avec amour et mes petits doigts pour vous montrer tout ça.

 

Le design pour affiner et alléger le vaisseau

Mais revenons à la première appréhension de la bête et de son design extérieur. Afin d’alléger la face avant, les designers des Chevrons ont eu une idée géniale : faire une une ligne courbe ceinturant la calandre [vidéo], intégrant le logo et les veilleuses. En fait les « vrais » phares sont juste en dessous mais – magie de l’ensemble – ils se remarquent à peine.

Le reste de la physionomie générale de la voiture n’est pas en reste : l’empattement plus long, roues dans les coins, barre de toit enveloppante et nervures de portes viennent donner de la densité et de la légèreté à l’ensemble [vidéo].

 

 

Une planche de bord tactile pour moins de boutons

Les voitures devenant de vrais vaisseaux bourrés d’électronique, la tendance immédiate est la profusion de boutons. Plein. Trop de boutons. La tendance n’est vraiment pas à la déflation, et on a presque du mal à s’y retrouver. Un travers qu’essaye d’éviter le Citroën Grand C4 Picasso par l’usage de deux grands écrans, l’un tactile et l’autre panoramique [vidéo].

La « tablette » tactile permet de commander presque toutes les fonctions de la voiture, à l’exception de celles qui restent encore sur le volant (et que je trouve d’ailleurs peu ergonomiques). L’ergonomie est soignée, compréhensible assez rapidement, et la réactivité de l’écran est bonne même si je trouve que nous ne sommes pas encore au niveau des tablettes de l’on peut avoir « chez soi » et qui font désormais office de référence.

L’écran panoramique est superbe. On peut d’ailleurs en changer la visuel afin de choisir celui qui nous convient le mieux au regard : choisir son tableau de bord, plutôt révolutionnaire ! J’ai choisi comme montré ci-dessous un modèle faisant un clin d’œil aux « tambours » qui servaient à mesurer la vitesse dans les CX et BX.

Les données affichées sont centrales, claires, bien qu’un peu trop denses parfois. Il faut un temps d’adaptation pour bien en comprendre le zoning et distinguer rapidement où aller chercher chaque information.

13K11jpg

Côté connectique, c’est la profusion à l’arrière de la voiture ! 2 sorties audio/vidéo permettent de brancher tout ce qui vous plait pour profiter par exemple d’un film lors d’un trajet. Une connexion bluetooth vient compléter cet ensemble déjà riche.

Conclusion : un vrai loft roulant familial

Qualité des matériaux intérieurs, espace, confort, équipement multimédia ultra-complet : le Citroën Grand C4 Picasso a tout pour plaire à une famille nombreuse désirant voyager dans d’agréables conditions. Avec un prix débutant à 23000€, ce loft roulant a tout pour plaire.

Tout l’album : http://flic.kr/s/aHsjPnhk3Z

7 vraies bonnes raisons d’aller (quand même) voir Grace de Monaco

Nicolas Kidman Grace de Monaco

A l’heure de la clôture de Cannes, et tandis que le buzz de la quinzaine a été assuré par le film « Welcome to New-York » (éclipsant le palmarès final dont je mets au défi de me citer la palme d’or), il est venu le temps des cathédrales de revenir sur ce qui a concentré l’attention et rires des journalistes en ouverture du festival : Grace de Monaco d’Olivier Dahan.

Film déjà culte par son statut d’œuvre meurtrie sur l’autel de l’incompréhension des critiques, celui que l’on appelle désormais par ses sobriquets (Fenêtre sur four, Le nanar princier de Cannes) rendu responsable de la diffusion d’une histoire falsifiée (alors que tout le monde sait bien qu’à Monaco tout n’est que Grace, volupté et feulement de V12 Ferrari) cherche désormais la lumière dans des salles obscures quelque peu désertes.

Bref, ça sent le bide.

Et bien je suis profondément choqué de lire cela.


Ce film est injustement considéré et malgré certains de ses défauts évidents il est possible de passer un bon moment. Si l’on vous a forcé proposé d’aller le voir et que vous n’avez pas osé refuser (ou bien n’aviez pas lu la critique car vivant coupé du monde), voici 7 moyens de ne pas sombrer dans un sommeil profond au fil de ces 1h42 de projection (perso je pensais que le film faisait 2h30) :

  1. Le jeu d’acteur de Nicole Kidman. Nicole c’est Glace de Monaco (wow mais où vais je chercher cela), et le film est à l’image de son visage : froid, lisse, inexpressif, sans profondeur. Pour tenir tout le film, amusez vous à essayer de déterminer l’expression que le metteur en scène lui a demandé de jouer. Vous avez le choix entre fatigue / joie / tristesse / colère / compassion / peine.
  2. L’imitation de De Gaulle. Pas facile d’entrer dans la peau du Général, surtout quand on n’y ressemble pas. André Penvern va donc chercher son inspiration parmi les plus grands, à commencer par Henri Tisot. Pour parfaire le rôle il a lu au détour d’un blog bien informé que le Général passait beaucoup de temps à bronzer à Baden Baden malgré les réprimandes de tante Yvonne. Conclusion : dans le film il force trop sur la Terracotta. A moins que ce ne soit la maquilleuse qui ait fait ce qu’elle pouvait pour masquer les raccords des postiches latex disséminés sur son visage. Bref, un must have à ne rater dans aucun des plans où il apparait.

    De Gaulle le matin avant maquillage.

  3. Les gros plans sur les yeux de Nicole. Olivier Dahan voue un culte à Hitchcock. Ou bien il s’est trompé de focale durant le tournage et s’en est aperçu au montage. Dans tous les cas, on se retrouve à intervalles réguliers dans le film avec des gros plans sur les yeux de Nicole mixomatosés de fatigue / joie / tristesse / colère / compassion / peine (voir point 1).
  4. Les acteurs français qui parlent anglais entre-eux. Ce qui est amusant dans un film doublé en français, c’est que l’on ne se rend pas compte des contorsions linguistes du scénario. Au pire, quand dans un film américain doublé en français on veut prendre l’accent français, le doubleur parle avec un accent italien (Friends en est un bon exemple). Et en VO ça donne quoi ? Un joyeux foutoir. Où les acteurs américains parlent anglais alors qu’ils jouent un rôle de français, notamment quand ils parlent entre « français ». Ou encore chacun parlant dans sa langue maternelle et arrivent quand même à se comprendre. Quant à De Gaulle et Rainier (tous deux parlant français), l’un parle anglais (Tim Roth) tandis que l’autre lui répond en français puis en anglais (?!).
  5. Pour enfin situer Monaco sur une carte. Il faut le savoir : Monaco, c’est aussi facile à situer précisément pour les français que les pays d’Europe pour des américains. Allez placer un pays de 2 kilomètres carrés entre Nice, Grasse, La Turbie, Cap d’Ail…

    Monaco est hors de la carte.

  6. Ne plus confondre Grace de Monaco et Grace de Capitani. Croyez-moi, ça peut encore arriver. Même si avec le temps et la chirurgie esthétique, on se rapproche dangereusement de Frigide Barjot.
    Grace de Capitani

    Non, Frigide Barjot ne s’est pas (encore) mise au cinéma.

  7. Le discours Miss France de clôture de film. Il ne manquait plus que Jean-Pierre Foucault, le diadème étant déjà présent. Un immense moment, qui rappelle que l’amour est ce qui sauvera les peuples de l’oppression fasciste (ou à minima évitera que Monaco devienne un canton métropolitain). C’est ce que nous rappelait déjà Sophie Marceau en 2007. En plus défoncée il est vrai.


Grace de Monaco, un film d’Olivier Dahan avec Nicole Kidman, Tim Roth… Un grand merci à Gaumont pour l’invitation en avant-première :-) Sans rancune vous allez déchirer avec A Toute Epreuve, on en reparle bientôt ici même.